Romainville veut décider du nom de sa station de métro

Travaux d'extension de la ligne 11 place Carnot : de la gêne et bientôt du plaisir pour Romainville

Travaux d’extension de la ligne 11 place Carnot : de la gêne et bientôt du plaisir pour Romainville ©Ratp

(chapo)

Le futur métro de la ligne 11 s’arrêtera à Romainville (93) à la station provisoirement baptisée Place Carnot. Un nom pas assez précis pour la mairie, qui a pointé l’absence de mention de sa commune.

 

 

En 2022, la ligne 11 sera prolongée à partir de son terminus actuel, Mairie des Lilas (93), jusqu’à Rosny-bois-Perrier (93), avec 6 stations réparties sur 6 km. L’arrêt situé place Carnot, à Romainville, sera le deuxième de cette extension, et permettra de relier la station Châtelet en 18 minutes, soit la moitié de la durée du trajet actuel, qui impose le recours au bus.

Fin 2016, les Romainvillois consultés par leur mairie s’étaient prononcés à la majorité pour nommer la station Romainville-Place Carnot, devant Romainville-Carnot et Place Carnot-Romainville. Un distinguo subtil qui a respecté la sensibilité locale du projet.

Nommer une station de métro commence dans les bureaux de la RATP, qui prend en compte les demandes des élus et de la population pour suggérer plusieurs propositions. Cette shortlist est ensuite soumise à Île-de-France-Mobilités (ex STIF), qui entérine le nom définitif, après une dernière validation des institutionnels et des élus.

En attendant la décision finale, les communications officielles et les panneaux du chantier nomment toujours la station Place Carnot, un discret astérisque renvoyant à son caractère provisoire. Il reste 48 mois avant d’imprimer les prochains plans de métro.

 

François Husson

Extension de la ligne 11 du métro : flambée des prix de l’immobilier à l’est de Paris

romvainville ligne 11
Romainville fait partie des communes qui ont mis en place une charte pour limiter la flambée des prix de l’immobilier. (crédit photo Guilhem Vellut)

ECRIRE UN CHAPO 

Le prolongement de la ligne 11 du métro jusqu’à Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis), qui devrait être mis en service fin 2022, bouleverse déjà le marché de l’immobilier à l’est de Paris.

Avec 13 stations, l’une des plus courtes lignes de la RATP relie actuellement le cœur de Paris à Mairie des Lilas. Elle va être prolongée de 6 kilomètres pour desservir 6 nouveaux arrêts : Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Romainville, Noisy-le-Sec et Rosny-sous-Bois. Dans un contexte où le prix de l’immobilier sur la capitale est toujours plus exorbitant (actuellement 9 300 euros le m2 en moyenne), les Parisiens s’intéressent fortement à ces communes jusque-là enclavées.

Voir aussi le micro-trottoir des usagers de la station Mairie des Lilas : Qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ? 

En effet, cette extension du réseau, dont les travaux ont démarré en 2015, devrait nettement faciliter le déplacement en transports en commun. Avec des correspondances qui connecteront la ligne 11 à la ligne 15 du métro et à la ligne 1 du tramway, les trajets de nombreux usagers de la RATP deviendront à la fois plus courts et plus simples.

Conséquence de cet attrait, les biens se vendent plus vite et les prix grimpent ! Si le m2 est encore souvent inférieur à 4 000 euros dans cette partie de la Seine-Saint-Denis, certaines communes, à l’instar de Romainville et de Montreuil, ont choisi d’encadrer les prix de l’immobilier avec des plafonnements. Ainsi, sur la Zac Acacia de Montreuil, il est prévu que le prix au m2 dans le neuf ne dépasse pas les 3 900 euros.

Voir aussi : Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

Travaux de la ligne 11 : l’impact sur les commerçants

15600566627_412e0b7f0b_m

Métro parisien (Crédits photo : Flikr)

Avec six nouvelles stations créées d’ici 2020, les commerçants pâtissent des inconvénients dus aux travaux. Ils font néanmoins preuve d’entraide et de débrouillardise dans cette situation où leur chiffre d’affaires se voit grandement réduit.

Au milieu du vacarme et des grues, Maurice, propriétaire d’une agence immobilière sur le boulevard de la Liberté aux Lilas (Seine-Saint-Denis) attend son rendez-vous de pied ferme. Depuis des mois, il perd des clients. Il a donc fait appel à un chargé d’information de la RATP pour pouvoir installer dans le quartier des banderoles rappelant que son établissement est ouvert.

Enseignes occultées, circulation interdite, places de stationnement supprimées, bruit et poussière… Sur le boulevard de la Liberté, la fréquentation des commerces est sérieusement impactée par les travaux de la station de métro Mairie des Lilas. Au milieu de ce chaos urbain, qui ne prendra pas fin avant 2020, les commerçants redoublent d’inventivité pour ne pas perdre leurs clients.

Casquette de titi parisien et tablier rouge, Loïc mise sur la solidarité pour tenir le coup dans sa fromagerie : « Avec les travaux, les gens viennent moins. Il a fallu se retrousser les manches ! Je fais de la communication, je distribue mes flyers aux autres commerçants, on s’entraide et on s’envoie nos clients. »

A deux pas de là, Sandrine, fleuriste, se montre pragmatique : « Avec l’impact des travaux sur mon chiffre d’affaires, je limite l’embauche, j’ai juste une employée à mi-temps. Heureusement que je n’ai pas de concurrence dans le quartier ! » Comme ses voisins, elle doit supporter le bruit et la saleté. « J’ai râlé sur les réseaux sociaux quand les travaux ont occasionné d’énormes poubelles devant mon magasin. Ca n’a pas traîné, ils ont rapidement fait le nécessaire ! »

En face, la vitrine de la boutique Optic Duroc est vide. Jessica et Megane, les deux jeunes vendeuses, ont été obligées de réorganiser le magasin : « Sur le boulevard, les gens pensent que nous sommes fermés. Heureusement, on a aussi une vitrine sur la rue de Paris ! On a donc déplacé tous nos produits d’un seul côté. Mais on a quand même perdu 30% de notre chiffre d’affaires… »

Michel, le propriétaire de l’agence immobilière, a enfin été rejoint par le chargé d’information de la RATP pour convenir des emplacements stratégiques de ses futures banderoles. En outre, comme tous les commerçants impactés, il espère que son dossier d’indemnisation à la RATP sera rapidement validé.

Reportage de Céline

 

Métro parisien : qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ?

mairie des lilas ligne 11
A partir de 2022, la station Mairie des Lilas ne sera plus le terminus de la ligne 11. (crédit photo Clicsouris)

En 2022, la ligne 11 du métro sera prolongée de 6 stations à l’Est de Paris jusqu’à Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis). Nous sommes allés rencontrer les usagers de la station Mairie des Lilas, située sur cette ligne, pour leur demander ce que l’extension allait changer pour eux.

Lydie, 58 ans, secrétaire à la retraite, Paris… Ce sera plus simple d’aller au centre commercial de Rosny

Je suis comblée. Je vais pouvoir aller au centre commercial de Rosny sans faire de changement ! Jusque-là, il me fallait prendre deux métros et un bus. En plus, mon fils vit à Romainville, je vais donc pouvoir lui rendre visite plus facilement. Pour moi, l’extension de la ligne est une aubaine.

Mathieu, 45 ans, ingénieur du son, Les Lilas… Ca va ramener plus de monde

Sur la ligne 11, c’est tranquille, il n’y a pas grand monde, l’ambiance est plutôt détendue comparé à la ligne 2 que j’ai prise pendant 20 ans quand j’habitais à Pigalle. J’ai un peu peur du monde que ce prolongement va engendrer. Mais je vois aussi le côté positif, ces travaux vont moderniser la ligne.

Voir aussi : Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

Julien, 28 ans, pâtissier-boulanger, Les Lilas… Ça va accentuer la gentrification

L’arrivée du métro va entraîner une gentrification sur les six nouvelles stations. Les populations qui habitent là depuis longtemps vont être obligées à terme de s’éloigner encore un peu plus de Paris.

Peiyu, 32 ans, serveuse, Romainville… Je vais gagner 20 minutes sur mon trajet

Pour me rendre à mon travail dans le XVIIe arrondissement, je prends le bus jusqu’à Mairie-des-Lilas, puis le métro. Quand tout va bien, je mets une heure ! Le soir, il m’arrive d’attendre le bus un quart d’heure. Alors, un métro à cinq minutes de chez moi, c’est super !

Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

travaux mairie des lilas02
Une communication visuelle a été installée sur le chantier pour rappeler aux passants et aux clients que les commerces sont ouverts. (photo Auguste André)

Dans le contexte du prolongement de la ligne 11 du métro, la RATP a également lancé des travaux de modernisation sur les stations existantes. Le chantier à ciel ouvert de la station Mairie des Lilas occasionne depuis mai 2017 un bouleversement notoire sur la voirie. Les commerçants du boulevard de la Liberté redoublent d’énergie et d’ingéniosité pour limiter la baisse de leur chiffre d’affaires.

Au milieu du vacarme et des grues, Maurice, propriétaire d’une agence immobilière sur le boulevard de la Liberté aux Lilas (Seine-Saint-Denis) attend son rendez-vous de pied ferme. Depuis des mois, il perd des clients. Il a donc fait appel à un chargé d’information de la RATP pour pouvoir installer dans le quartier des banderoles rappelant que son établissement est ouvert.

Enseignes occultées, circulation interdite, places de stationnement supprimées, bruit et poussière… Sur le boulevard de la Liberté, à l’occasion du prolongement de la ligne 11, la fréquentation des commerces est sérieusement impactée par les travaux de la station de métro Mairie des Lilas. Au milieu de ce chaos urbain, qui ne prendra pas fin avant 2020, les commerçants redoublent d’inventivité pour ne pas perdre leurs clients.

travaux mairie des lias01
Sur le boulevard de la Liberté, la circulation est entièrement interrompue depuis plus d’un an. (photo Auguste André)

Casquette de titi parisien et tablier rouge, Loïc mise sur la solidarité pour tenir le coup dans sa fromagerie : « Avec les travaux, les gens viennent moins. Il a fallu se retrousser les manches ! Je fais de la communication, je distribue mes flyers aux autres commerçants, on s’entraide et on s’envoie nos clients. »

« On a perdu 30% de notre chiffre d’affaires »

A deux pas de là, Sandrine, fleuriste, se montre pragmatique : « Avec l’impact des travaux sur mon chiffre d’affaires, je limite l’embauche, j’ai juste une employée à mi-temps. Heureusement que je n’ai pas de concurrence dans le quartier ! » Comme ses voisins, elle doit supporter le bruit et la saleté. « J’ai râlé sur les réseaux sociaux quand les travaux ont occasionné d’énormes poubelles devant mon magasin. Ca n’a pas traîné, ils ont rapidement fait le nécessaire ! »

En face, la vitrine de la boutique Optic Duroc est vide. Jessica et Megane, les deux jeunes vendeuses, ont été obligées de réorganiser le magasin : « Sur le boulevard, les gens pensent que nous sommes fermés. Heureusement, on a aussi une vitrine sur la rue de Paris ! On a donc déplacé tous nos produits d’un seul côté. Mais on a quand même perdu 30% de notre chiffre d’affaires… »

Michel, le propriétaire de l’agence immobilière, a enfin été rejoint par le chargé d’information de la RATP pour convenir des emplacements stratégiques de ses futures banderoles. En outre, comme tous les commerçants impactés, il espère que son dossier d’indemnisation à la RATP sera rapidement validé.

Voir aussi le micro-trottoir des usagers de la station Mairie des Lilas : Qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ?

Début des travaux d’accessibilité au métro Télégraphe à Paris

Coup d’envoi. Dès aujourd’hui et jusqu’à la mi-mai 2020, la construction d’une nouvelle bouche de métro équipée d’un ascenseur débute à l’angle des rues de Belleville et du Docteur Potain, Paris 19ème. Le terrain est préparé, les premiers coups de pioche ne vont pas tarder. Le but ? Faciliter l’accès des transports publics aux personnes à mobilité réduite. Télégraphe, comme 97% des stations du réseau RATP, ne dispose en effet d’aucune entrée par ascenseur, la rendant impraticable pour les usagers en fauteuil roulant.

Photo 4/3 symétrique d'un l'escalier mécanique, vide, avec un point de fuite central.

L’escalateur de la station Télégraphe ne sera bientôt plus le seul accès à la station de métro parisienne (ligne 11). – CC Ralf.treinen on Wikimedia Commons

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du prolongement de la ligne 11. Plus précisément, du volet d’adaptation et de modernisation des installations. Un projet qui représente un investissement de 214 millions d’euros, co-financés par la région Île de France, la Mairie de Paris, l’État et la RATP.

“Pendant les travaux, tout est mis en œuvre pour limiter les nuisances”, assure-t-on dans la Lettre Infos Riverains – Télégraphe du mois de Septembre. Si vous habitez le quartier, Christophe Servat, chargé d’informations de la RATP, se tient à votre disposition pour répondre à vos questions par mail dans la rubrique contact du site prolongementligne11est.fr.

La station Télégraphe, créée en 1935, a accueilli deux millions trois-cent quatre-vingt mille voyageurs en 2017. En France en 2015, les personnes à mobilités réduites représentaient 13,5% de la population, dont 2 à 3% en fauteuil roulant.

 


Autres articles sur le sujet
· Prolongement ligne 11 : Les travaux de la station Serge Gainsbourg transforment la Cité des Sentes aux Lilas
· Ligne 11: Les riverains du quartier Henri Dunant aux Lilas s’expriment