Extension de la ligne 11 du métro : flambée des prix de l’immobilier à l’est de Paris

romvainville ligne 11
Romainville fait partie des communes qui ont mis en place une charte pour limiter la flambée des prix de l’immobilier. (crédit photo Guilhem Vellut)

ECRIRE UN CHAPO 

Le prolongement de la ligne 11 du métro jusqu’à Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis), qui devrait être mis en service fin 2022, bouleverse déjà le marché de l’immobilier à l’est de Paris.

Avec 13 stations, l’une des plus courtes lignes de la RATP relie actuellement le cœur de Paris à Mairie des Lilas. Elle va être prolongée de 6 kilomètres pour desservir 6 nouveaux arrêts : Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Romainville, Noisy-le-Sec et Rosny-sous-Bois. Dans un contexte où le prix de l’immobilier sur la capitale est toujours plus exorbitant (actuellement 9 300 euros le m2 en moyenne), les Parisiens s’intéressent fortement à ces communes jusque-là enclavées.

Voir aussi le micro-trottoir des usagers de la station Mairie des Lilas : Qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ? 

En effet, cette extension du réseau, dont les travaux ont démarré en 2015, devrait nettement faciliter le déplacement en transports en commun. Avec des correspondances qui connecteront la ligne 11 à la ligne 15 du métro et à la ligne 1 du tramway, les trajets de nombreux usagers de la RATP deviendront à la fois plus courts et plus simples.

Conséquence de cet attrait, les biens se vendent plus vite et les prix grimpent ! Si le m2 est encore souvent inférieur à 4 000 euros dans cette partie de la Seine-Saint-Denis, certaines communes, à l’instar de Romainville et de Montreuil, ont choisi d’encadrer les prix de l’immobilier avec des plafonnements. Ainsi, sur la Zac Acacia de Montreuil, il est prévu que le prix au m2 dans le neuf ne dépasse pas les 3 900 euros.

Voir aussi : Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

Rosny-sous-Bois: Quel impact l’arrivée du métro aura-t-elle sur votre quotidien?

Usha, 41 ans, caissière : « Le métro va changer nos vies »

« Le métro va beaucoup changer nos vies, surtout celles de mes enfants ! J’ai un garçon en BTS et une fille lycéenne. Notre maison est à deux pas de la future entrée du métro. Ils pourront aller facilement à Paris et mon temps de trajet pour aller au travail sera divisé par deux. Nous sommes très impatients ! »

Gérard, 68 ans, retraité : « Ma famille pourra me rendre visite. »

« Mon frère et mon père habitent aux Buttes-Chaumont. Ils pourront me rendre visite plus facilement. J’habite ici depuis quarante ans. Dans les années 80, Claude Pernès, le maire de Rosny-sous-Bois, espérait déjà l’arrivée du métro. C’est pour vous dire qu’on l’attend depuis longtemps ! »

Santiago, 30 ans, chef de cuisine : « Le métro nous a décidés à acheter. »

« Je suis parisien d’origine. Avec ma femme, on avait besoin de plus d’espace. On a emménagé à Rosny il y a six mois. Le métro nous a décidés à acheter. J’ai dû trouver un emploi dans un restaurant à Montreuil parce que c’est plus facile d’accès. Mais dès l’arrivée du métro, je retourne travailler à Paris. »

Nourouddine, 50 ans, ingénieur : « On est abandonnés par la mairie. »

« La ville nous a fait miroiter qu’on deviendrait parisiens. Mais les habitants du quartier sont remontés. A cause du chantier, c’est devenu impossible de stationner. Avec l’arrivée du métro, les gens laisseront leur voiture ici pour aller à Paris. Aucun parking n’est prévu. On est abandonnés par la mairie. »

Rose, 57 ans, assistante maternelle : « Je vais gagner de la clientèle. »

« J’habite au pied de la future station, alors je vais gagner de la clientèle. Ça va élargir le cercle des parents qui pourront facilement déposer leurs enfants avant de prendre le métro. Et avec l’augmentation du prix de l’immobilier, mon appartement va prendre de la valeur. Pour moi, c’est que du positif. »

 

Métro Télégraphe : début des travaux dans la station

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous êtes riverain(es) de la station de métro Télégraphe, ligne 11 (Paris 19e limite 20e) ? L’annonce du lancement des travaux d’aménagement de la station en septembre vous concerne. Ils ont lieu dans le cadre du projet de prolongement de la ligne 11 jusqu’à Rosny-sous-Bois, qui prévoit également la modernisation de l’ensemble de la ligne. But de la manœuvre : améliorer l’accessibilité de la station en l’équipant d’une quatrième entrée pourvue d’un ascenseur ainsi que de nouveaux Escalators. La station restera ouverte pendant toute la durée des travaux mais l’espace public a été aménagé pour vous faciliter les déplacements et assurer la sécurité de tous. Des marquages au sol indiquent les cheminements conseillés pour accéder aux immeubles et aux commerces. A noter par ailleurs que l’arrêt de bus 60 direction Porte de Montmartre est déplacé rue Pelleport et qu’une partie de la contre-allée de la rue de Belleville sera fermée à la circulation. Pour vous ménager quelques heures de sommeil, les travaux se dérouleront entre 7h et 22h en semaine et doivent durer jusqu’à mi-2020. Christophe Servat, chargé d’information de proximité, se tient à votre disposition par mail ou par téléphone pendant toute cette période pour répondre à vos questions (coordonnées disponibles sur la rubrique contact du site dédié au chantier du prolongement).

Futur métro La Dhuys : les commerçants des Hauts de Montreuil sont enthousiastes

A la frontière entre Montreuil, Rosny-sous-Bois et Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, la future station de métro La Dhuys est en chantier. Sa mise en service est prévue pour 2022. Les commerçants des alentours se réjouissent des transformations que cela va engendrer pour leur quartier.

« Il arrive tôt, le patron ! » tacle un client à l’arrivée de Stéphane, gérant du bar « L’Endroit », boulevard de la Boissière à Montreuil (93). Il est 10 heures du matin. L’homme de 26 ans, sourire franc, se glisse derrière le comptoir. Comme beaucoup de commerçants du quartier, il ne s’est pas installé ici par hasard. Fin 2022, la station de métro La Dhuys sera mise en service dans le cadre du prolongement de la ligne 11. Châtelet ne sera alors plus qu’à 23 minutes. Stéphane pourra peut-être même ouvrir le soir.

Aujourd’hui, l’accès à cette partie reculée de Montreuil est difficile. La station en chantier est perchée en haut d’une colline surplombant un paysage morcelé : à gauche, Noisy-le-Sec ; en face, Rosny-sous-Bois ; derrière, Montreuil et le boulevard de la Boissière où se concentrent les commerces des alentours. Entre ici et Paris, un seul transport en commun : le bus 102. La ligne est réputée laborieuse et irrégulière. « Fallait pas prendre la 102… » lance comme une évidence le chauffeur à un usager blasé. Alors à l’évocation du métro, les commerçants pensent spontanément : « facilité d’accès ».

« Le métro va nous amener la jeunesse »

Naji, le boucher, vit et travaille ici depuis trente ans. Il raconte les Hauts de Montreuil d’alors, qui abritaient fermes et industries. « Le quartier a déjà beaucoup évolué. Aujourd’hui, on a une clientèle d’habitués. Le métro va nous amener la jeunesse, c’est une bonne chose ! » Un peu plus loin, Fayçal, 32 ans, finit une conversation téléphonique devant l’entrée du magasin Auchan flambant neuf dont il est le directeur. « Lorsque j’ai repris l’affaire en décembre dernier, c’était sale, vétuste, en très mauvais état. La clientèle a beaucoup changé depuis les travaux. Le panier moyen a augmenté. Avec le métro, j’espère qu’il continuera de grimper. » Aziz, client de « L’Endroit », y croit tellement qu’à 70 ans, il s’apprête à ouvrir une société de domiciliation d’entreprises. « Le métro ? Mais c’est bien pour ça que je viens là ! Vous croyez qu’à la Défense il y aurait autant d’entreprises sans les transports ? »

Sans doute qu’en 2022, on ne confondra toujours pas Montreuil et la Défense. Mais ce sera plus facile d’arriver à l’heure au travail.