Rosny-sous-Bois: Quel impact l’arrivée du métro aura-t-elle sur votre quotidien?

Usha, 41 ans, caissière : « Le métro va changer nos vies »

« Le métro va beaucoup changer nos vies, surtout celles de mes enfants ! J’ai un garçon en BTS et une fille lycéenne. Notre maison est à deux pas de la future entrée du métro. Ils pourront aller facilement à Paris et mon temps de trajet pour aller au travail sera divisé par deux. Nous sommes très impatients ! »

Gérard, 68 ans, retraité : « Ma famille pourra me rendre visite. »

« Mon frère et mon père habitent aux Buttes-Chaumont. Ils pourront me rendre visite plus facilement. J’habite ici depuis quarante ans. Dans les années 80, Claude Pernès, le maire de Rosny-sous-Bois, espérait déjà l’arrivée du métro. C’est pour vous dire qu’on l’attend depuis longtemps ! »

Santiago, 30 ans, chef de cuisine : « Le métro nous a décidés à acheter. »

« Je suis parisien d’origine. Avec ma femme, on avait besoin de plus d’espace. On a emménagé à Rosny il y a six mois. Le métro nous a décidés à acheter. J’ai dû trouver un emploi dans un restaurant à Montreuil parce que c’est plus facile d’accès. Mais dès l’arrivée du métro, je retourne travailler à Paris. »

Nourouddine, 50 ans, ingénieur : « On est abandonnés par la mairie. »

« La ville nous a fait miroiter qu’on deviendrait parisiens. Mais les habitants du quartier sont remontés. A cause du chantier, c’est devenu impossible de stationner. Avec l’arrivée du métro, les gens laisseront leur voiture ici pour aller à Paris. Aucun parking n’est prévu. On est abandonnés par la mairie. »

Rose, 57 ans, assistante maternelle : « Je vais gagner de la clientèle. »

« J’habite au pied de la future station, alors je vais gagner de la clientèle. Ça va élargir le cercle des parents qui pourront facilement déposer leurs enfants avant de prendre le métro. Et avec l’augmentation du prix de l’immobilier, mon appartement va prendre de la valeur. Pour moi, c’est que du positif. »

 

Futur métro La Dhuys : les commerçants des Hauts de Montreuil sont enthousiastes

A la frontière entre Montreuil, Rosny-sous-Bois et Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, la future station de métro La Dhuys est en chantier. Sa mise en service est prévue pour 2022. Les commerçants des alentours se réjouissent des transformations que cela va engendrer pour leur quartier.

« Il arrive tôt, le patron ! » tacle un client à l’arrivée de Stéphane, gérant du bar « L’Endroit », boulevard de la Boissière à Montreuil (93). Il est 10 heures du matin. L’homme de 26 ans, sourire franc, se glisse derrière le comptoir. Comme beaucoup de commerçants du quartier, il ne s’est pas installé ici par hasard. Fin 2022, la station de métro La Dhuys sera mise en service dans le cadre du prolongement de la ligne 11. Châtelet ne sera alors plus qu’à 23 minutes. Stéphane pourra peut-être même ouvrir le soir.

Aujourd’hui, l’accès à cette partie reculée de Montreuil est difficile. La station en chantier est perchée en haut d’une colline surplombant un paysage morcelé : à gauche, Noisy-le-Sec ; en face, Rosny-sous-Bois ; derrière, Montreuil et le boulevard de la Boissière où se concentrent les commerces des alentours. Entre ici et Paris, un seul transport en commun : le bus 102. La ligne est réputée laborieuse et irrégulière. « Fallait pas prendre la 102… » lance comme une évidence le chauffeur à un usager blasé. Alors à l’évocation du métro, les commerçants pensent spontanément : « facilité d’accès ».

« Le métro va nous amener la jeunesse »

Naji, le boucher, vit et travaille ici depuis trente ans. Il raconte les Hauts de Montreuil d’alors, qui abritaient fermes et industries. « Le quartier a déjà beaucoup évolué. Aujourd’hui, on a une clientèle d’habitués. Le métro va nous amener la jeunesse, c’est une bonne chose ! » Un peu plus loin, Fayçal, 32 ans, finit une conversation téléphonique devant l’entrée du magasin Auchan flambant neuf dont il est le directeur. « Lorsque j’ai repris l’affaire en décembre dernier, c’était sale, vétuste, en très mauvais état. La clientèle a beaucoup changé depuis les travaux. Le panier moyen a augmenté. Avec le métro, j’espère qu’il continuera de grimper. » Aziz, client de « L’Endroit », y croit tellement qu’à 70 ans, il s’apprête à ouvrir une société de domiciliation d’entreprises. « Le métro ? Mais c’est bien pour ça que je viens là ! Vous croyez qu’à la Défense il y aurait autant d’entreprises sans les transports ? »

Sans doute qu’en 2022, on ne confondra toujours pas Montreuil et la Défense. Mais ce sera plus facile d’arriver à l’heure au travail.