Métro parisien : qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ?

mairie des lilas ligne 11
A partir de 2022, la station Mairie des Lilas ne sera plus le terminus de la ligne 11. (crédit photo Clicsouris)

En 2022, la ligne 11 du métro sera prolongée de 6 stations à l’Est de Paris jusqu’à Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis). Nous sommes allés rencontrer les usagers de la station Mairie des Lilas, située sur cette ligne, pour leur demander ce que l’extension allait changer pour eux.

Lydie, 58 ans, secrétaire à la retraite, Paris… Ce sera plus simple d’aller au centre commercial de Rosny

Je suis comblée. Je vais pouvoir aller au centre commercial de Rosny sans faire de changement ! Jusque-là, il me fallait prendre deux métros et un bus. En plus, mon fils vit à Romainville, je vais donc pouvoir lui rendre visite plus facilement. Pour moi, l’extension de la ligne est une aubaine.

Mathieu, 45 ans, ingénieur du son, Les Lilas… Ca va ramener plus de monde

Sur la ligne 11, c’est tranquille, il n’y a pas grand monde, l’ambiance est plutôt détendue comparé à la ligne 2 que j’ai prise pendant 20 ans quand j’habitais à Pigalle. J’ai un peu peur du monde que ce prolongement va engendrer. Mais je vois aussi le côté positif, ces travaux vont moderniser la ligne.

Voir aussi : Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

Julien, 28 ans, pâtissier-boulanger, Les Lilas… Ça va accentuer la gentrification

L’arrivée du métro va entraîner une gentrification sur les six nouvelles stations. Les populations qui habitent là depuis longtemps vont être obligées à terme de s’éloigner encore un peu plus de Paris.

Peiyu, 32 ans, serveuse, Romainville… Je vais gagner 20 minutes sur mon trajet

Pour me rendre à mon travail dans le XVIIe arrondissement, je prends le bus jusqu’à Mairie-des-Lilas, puis le métro. Quand tout va bien, je mets une heure ! Le soir, il m’arrive d’attendre le bus un quart d’heure. Alors, un métro à cinq minutes de chez moi, c’est super !

Le « village Jourdain » en faveur du Grand Paris

La gentrification du « village Jourdain », dans le XXe arrondissement, va bon train depuis les années 2000. Le rapprochement avec la banlieue qui résultera du prolongement de la ligne 11 n’est pas pour déplaire à celles et ceux qui habitent ces hauteurs de Belleville depuis plus longtemps. En dépit des nuisances liées aux travaux de modernisation de la station Jourdain.

Rue de Palestine dans le XXe à Paris : on aperçoit la grue qui fait face à l'église Jourdain depuis le début du chantier de rénovation.

Rue de Palestine dans le XXe à Paris : on aperçoit la grue qui fait face à l’église Saint Jean-Baptiste de Belleville depuis le début du chantier de rénovation de la station de métro.  Crédit photo : Jeanne Menjoulet, février 2018.

Le long nez métallique d’une grue flanquée de bétonnières défigure la place Jourdain. Commencés en janvier 2018, les travaux de modernisation de la station de métro dureront au moins jusqu’en 2020. Seuls quelques-uns des riverains interrogés savent que ce sont deux escaliers et un couloir supplémentaires qui sont en train d’être construits. Mais aucun n’ignore que ce chantier s’insère dans celui du prolongement de la ligne 11 jusqu’à Rosny-sous-Bois et qu’il s’agit par là d’amarrer plus solidement la banlieue à Paris.

« On est trop contents ! »

« C’est parfait pour nous », sourit Nicole, une ex-directrice financière de 73 ans qui attend le bus place des Grandes-Rigoles, sandwich à la main : « On a nos petits-enfants à Noisy-le-Grand, on est trop contents ! »

Sur le chantier, cependant, calme plat. Pour Katia, la propriétaire de la patisserie à laquelle les palissades font de l’ombre, c’est un jour de répit. Dans le quartier, ce sont les commerçants qui sont le plus au fait de la teneur et de la durée des travaux. Le « chargé d’information de proximité » de la RATP les a bichonnés, convient la responsable de la boutique Première Pression Provence. Il est plusieurs fois passé leur prendre leur pouls, à défaut de pouvoir leur éviter le bruit et la poussière des travaux, les mettant en mesure d’informer à leur tour ceux de leurs clients que les bétonnières ne rebutent pas.

Travaux Station Jourdain Métro Ligne 11 Paris

Le prolongement de la ligne 11 contraint à rénover la station Jourdain. La construction de deux escaliers et d’un couloir destinés à répondre à une fréquentation accrue de la station a commencé en janvier 2018.  Les travaux devraient durer deux ans. Crédit photo : Chabe01, photo prise le 29 mars 2018.

« Ils se sont tous mis au bio »

Jusqu’à l’orée du XXIe siècle, le quartier était populaire et métissé. Ces dernières décennies, il s’est beaucoup embourgeoisé, et il a rajeuni. « Une population dans l’air du temps, plus fun », a fait son apparition, constate Elsa, la vendeuse enjouée de l’épicerie « 100 % bio vrac ». « Ils se sont tous mis au bio », ajoute-t-elle dans un sourire et en esquissant un pas de côté. Il n’empêche, elle qui vit ici depuis 18 ans, elle regrette les discussions à bâtons rompus dans les « troquets » d’avant boboïsation. Et le prolongement de la ligne 11 ? Ne risque-t-il pas d’emporter ce qui reste de ce «petit cachet du vieux Paris » auquel elle est attachée ?

Fleurs de béton Paris XXe par Jeanne Menjoulet

Le village Jourdain propose à une clientèle de plus en plus bobo des cafés rénovés, des boutiques de décoration et de vêtements branchées, des librairies bien achalandées, des épiceries fines et des magasins bio. Crédit photo : Jeanne Menjoulet, album Paris XXe.

« Depuis qu’il y a les travaux, je ne prends plus le métro à Jourdain, la place est trop encombrée, c’est trop bruyant », avoue Elsa. Elle trouve bien, cependant, que la ligne soit prolongée. Ce n’est le cas de Grégoire, le serveur queer du café-restaurant branché Le Zéphy, peste contre les travaux. Toutefois, nuance-t-il, « ils sont peut-être nécessaires ». Oury est plus sceptique encore. Ce jeune maître de conférences en histoire, qui vit dans le quartier depuis quelques années, juge que les escaliers et le couloir en cours de construction ne remédieront pas à l’augmentation du nombre de voyageurs à la station Jourdain puisque aucune sortie supplémentaire n’est prévue. Tout au contraire, Olivier, qui tient salon dans la spacieuse librairie d’occasion La Cartouche, se dit ravi, pour la même raison que Pierre, vendeur à la librairie L’Atelier, juste en face : « Ça va permettre aux banlieues de venir au centre. » Omar, enfin, commerçant retraité qui vit ici depuis 30 ans, y décèle quant à lui une autre opportunité : celle de quitter pour la banlieue un quartier où les prix ne cessent de grimper.