La hausse des taxes sur le diesel impactera-t-elle l’industrie automobile française ?

L’annonce de l’augmentation du prix du diesel qui entrera en vigueur en janvier prochain a entraîné de nombreuses réactions chez les consommateurs. Mais cette hausse de prix peut-elle également avoir des répercussions au niveau national sur l’industrie automobile ? 

Le diesel se trouve de nouveau sur la sellette : le gouvernement français a voté une hausse de la taxation de ce carburant dans le projet de loi des finances 2019. Cette augmentation de 10% du prix impactera fortement le quotidien de millions de citoyens. Mais cette taxe n’entre-t-elle pas en contradiction avec l’essor des ventes de voitures dans le pays et à l’exportation ?

L’Europe représente actuellement une manne de près de 65% de parts de marché pour les sociétés automobiles françaises. Et le diesel n’est pas en reste. En effet, près de 3% des consommateurs européens l’utilisaient en 1990 contre 37% en 2015, soit treize fois plus.

Baisse des ventes des voitures diesel

Mais sur le second trimestre 2018, la part des ventes de voitures neuves diesel est passée à seulement 36,3% contre 45,2% en 2017, rapporte l’Association des constructeurs européens d’automobiles dans Autonews.fr.

A noter que l’avenir des modèles roulant au gazole reste suspendu à de nombreuses restrictions qui visent à limiter les émissions de particules fines, en France et en Europe : Hambourg, en Allemagne, a déjà interdit une partie de son centre-ville aux diesels ne répondant pas aux normes anti-pollution Euro 6. Paris envisage de faire de même d’ici 2024.

 

Texte : Judith – Editing : Bénédicte