Le train, une alternative peu crédible à la voiture

Les trans français ne sont pas aux normes écologiques, Crédit photo : Fotomelia

Les trains français ne sont pas aux normes écologiques, Crédit photo : Fotomelia

L’augmentation de la taxe sur le litre de diesel enrage les Français. Si certains pensent à troquer leur voiture pour le train, le réseau ferré français ne semble pas armé pour les accueillir, ni pour respecter les normes écologiques.

Au grand dam des Français, la taxe diesel augmentera de 6,5 centimes par litre en janvier 2019. Dans le cadre de la Contribution Climat Énergie, cette mesure s’accompagnera de primes aux véhicules propres, du développement des pistes cyclables et de l’augmentation des cars scolaires. Mais qu’en est-il du réseau ferroviaire : les moyens ont-ils été mis pour en faire un relai efficace au réseau routier ?

Aujourd’hui, de nombreux Français ne peuvent pas remplacer la voiture par le train. Dans la Creuse, les petites lignes transportent 2% des voyageurs. Certaines sont négligées ou même remplacées par des lignes de cars. Pourtant, le train est plus écologique que les « quatre roues ». Un rapport rendu par Carbone 4 à la SNCF indique qu’un trajet en train Paris-Clermont-Ferrand « génère 15 fois moins d’émissions de CO2 par passager que le covoiturage, entre 5 et 15 fois moins qu’en autocar, 30 fois moins qu’en voiture ». Mais nos trains ne sont pas équipés : sur 700 locomotives en circulation, 211 seulement sont électriques, 163 diesel, et 326 hybrides, selon la SNCF.

L’Etat promet le gros chèque

Le transport des marchandises ne s’inscrit pas non plus dans la lutte écologique puisqu’il se fait à 90% par camion. Si le gouvernement fixe des normes de plus en plus contraignantes aux entreprises, il ne les accompagne pas dans une transition du routier au ferroviaire. Le réseau ferré n’est donc pas prêt pour une révolution écologique. L’Etat a toutefois annoncé en septembre un investissement de 3,6 milliards d’euros par an pour sa remise à niveau, soit une augmentation de 50 % par rapport aux dix dernières années.

Texte de Céline Reichel édité par Raphaël Roland-Lévy

À ROMAINVILLE, un nouveau forage entre les futures stations Carnot et Serge Gainsbourg

 

 

actu-genevoix-1024x543

Ouvrage de Ventilation Émile Genevoix à Romainville (93)

A l’horizon 2022, 6  nouvelles stations  de métro verront le jour, entre la mairie des Lilas et Rosny Bois Perrier. C’est le prolongement de la ligne 11 du métro Parisien tant attendu par les habitants du 93. Pour les usagers et les commerçants de la place du 19 mars 1962 à Romainville en Seine Saint Denis, les tracas ne sont pas terminés. En aout dernier s’est installé un chantier pour préparer le forage d’un puits de 26 mètres de profondeur. Le puits deviendra une bouche d’aération entre les futures stations Place Carnot et Serge Gainsbourg. Cet ouvrage constituera un accès de secours direct pour les pompiers en cas de problème dans le métro. À partir de novembre, les ouvriers vont concentrer leur forces  pendant 4 mois sur le terrassement du puits. À l’horizon fin 2020, ils pourront commencer la liaison en souterrain entre l’ouvrage et le tunnel.

 

Ligne 11 : le prix du mètre carré enflamme l’est parisien

Les habitants de la banlieue est pourront bientôt profiter des avantages liés à son actuel prolongement, d’un point de vue pratique et immobilier.

5655145867_a5fb557383_z

Métro parisien (Crédits photo : Flikr)

Le prolongement de la ligne 11 du métro jusqu’à Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis), qui devrait être mis en service fin 2022, bouleverse déjà le marché de l’immobilier à l’est de Paris.

Avec 13 stations, l’une des plus courtes lignes de la RATP relie actuellement le cœur de Paris à Mairie des Lilas. Elle va être prolongée de 6 kilomètres pour desservir 6 nouveaux arrêts : Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Romainville, Noisy-le-Sec et Rosny-sous-Bois. Dans un contexte où le prix de l’immobilier sur la capitale est toujours plus exorbitant (actuellement 9 300 euros le m2 en moyenne), les Parisiens s’intéressent fortement à ces communes jusque-là enclavées.

En effet, cette extension du réseau, dont les travaux ont démarré en 2015, devrait nettement faciliter le déplacement en transports en commun. Avec des correspondances qui connecteront la ligne 11 à la ligne 15 du métro et à la ligne 1 du tramway, les trajets de nombreux usagers deviendront à la fois plus courts et plus simples.

Conséquence de cet attrait, les biens se vendent plus vite et les prix grimpent ! Si le m2 est encore souvent inférieur à 4 000 euros dans cette partie de la Seine-Saint-Denis, certaines communes, à l’instar de Romainville et de Montreuil, ont choisi d’encadrer les prix de l’immobilier avec des plafonnements. Ainsi, sur la Zac Acacia de Montreuil, il est prévu que le prix au m2 dans le neuf ne dépasse pas les 3 900 euros.

Filet de Céline 

Fin des travaux sur l’A86 à Rosny-sous-Bois

L'A86 était sectionnée au niveau de Rosny-sous-Bois, Crédit Photo : Radio France, Nicolas Olivier

L’A86 était sectionnée au niveau de Rosny-sous-Bois, Crédit Photo : Radio France, Nicolas Olivier

L’A86 à nouveau ouverte à la circulation ! Après six jours de fermeture au niveau de Rosny-sous-Bois (93), l’autoroute réouvre. Les automobilistes peuvent à nouveau circuler vers l’Est de la capitale. l’A86 avait été temporairement coupée pour permettre l’installation d’un tunnel, futur prolongement de la ligne 11 du métro, à l’horizon 2022. La ligne actuelle sera prolongée de six stations entre l’actuel terminus Mairie des Lilas et Rosny-sous-Bois (93). En plus d’être prolongée, la ligne va subir un lifting. Les trains comporteront 5 rames et non 4. Leur grande vitesse les fera atteindre la station suivante en 105 secondes. De nouvelles entrées, de nouveaux portails et de nouveaux escalators seront installés dans quelques stations déjà existantes (Hotel de Ville, Pyrénées, Belleville). Enfin, la ligne répondra aux normes écologiques : nouvel éclairage, nouveau chauffage. Ces travaux sont financés par l’Etat et la Région Île-de-France. Ils ont débuté à l’été 2016, dans le but d’anticiper les migrations d’anciens parisiens vers les communes des Lilas, de Bagnolet ou encore Rosny-sous-Bois. Ces communes n’était, jusqu’à présent, reliées entre elles que par bus.

Station Pyrénées : les travaux du métro se poursuivent

Les travaux ont démarré le 12 Septembre du côté impair de l’avenue Simon Bolivar au niveau de la station Pyrénées, impactant les usagers du métro et la circulation dans ce quartier situé à la limite du 19ème et du 20ème arrondissement de Paris.

travaux métro Pyrénées Aout 2009

Avenue Simon Bolivar Août 2009 (Crédit Photo : Clicsouris)

 

 

 

 

 

 

 

 

Les travaux se poursuivent à la station Pyrénées du métro parisien, dans le cadre du projet de prolongement de la ligne 11. Après une première phase de travaux achevée du côté des numéros pairs de l’avenue Simon Bolivar, le chantier s’attaque depuis le 12 Septembre au côté impair. Pendant cette nouvelle phase prévue pour durer 28 mois, la sortie numéro 3 de la station sera fermée et une partie de l’avenue mise en sens unique. Deux nouveaux accès vont être créés de part et d’autre de la chaussée. Mais le gros des travaux sera de creuser les galeries souterraines des futurs couloirs de circulation pour adapter la station à l’arrivée des nouvelles rames.

La ligne 11 du métro, qui relie aujourd’hui Châtelet à la Mairie des Lilas, sera prolongée jusqu’à la gare RER de Rosny Bois-Perrier à l’horizon 2022 afin de faciliter les déplacements dans l’Est parisien et en Seine-Saint-Denis. Un deuxième tronçon est prévu jusqu’à Noisy-Champs avec mise en service prévue pour 2025.

Le projet prévoit aussi l’augmentation de la fréquence des rames avec un métro toutes les 1 minute 45 en heure de pointe. Par ailleurs, le renouvellement en totalité des rames doit permettre une hausse de la capacité de transport. Des conditions de transport améliorées sont donc attendues, une perspective qui devrait aider les usagers de la ligne 11 à patienter jusqu’à la fin des travaux.