Prolongement de la ligne 11 : que cela va-t-il changer pour vous ?

Mathieu, 45 ans, ingénieur du son, Les Lilas « ça va ramener plus de monde » Sur la ligne 11, c’est tranquille, il n’y a pas grand monde, l’ambiance est plutôt détendue comparé à la ligne 2 que j’ai prise pendant 20 ans quand j’habitais à Pigalle. J’ai un peu peur du monde que ce prolongement va engendrer. Mais je vois aussi le côté positif, ces travaux vont moderniser la ligne.

Lydie, 58 ans, secrétaire à la retraite, Paris… Ce sera plus simple d’aller au centre commercial de Rosny Je suis comblée. Je vais pouvoir aller au centre commercial de Rosny sans faire de changement ! Jusque-là, il me fallait prendre deux métros et un bus. En plus, mon fils vit à Romainville, je vais donc pouvoir lui rendre visite plus facilement. Pour moi, l’extension de la ligne est une aubaine.

Julien, 28 ans, pâtissier-boulanger, Les Lilas… Ça va accentuer la gentrification L’arrivée du métro va entraîner une gentrification sur les six nouvelles stations. Les populations qui habitent là depuis longtemps vont être obligées à terme de s’éloigner encore un peu plus de Paris.

Peiyu, 32 ans, serveuse, Romainville… Je vais gagner 20 minutes sur mon trajet Pour me rendre à mon travail dans le XVIIe arrondissement, je prends le bus jusqu’à Mairie-des-Lilas, puis le métro. Quand tout va bien, je mets une heure ! Le soir, il m’arrive d’attendre le bus un quart d’heure. Alors, un métro à cinq minutes de chez moi, c’est super !

L’immobilier de Romainville boosté par l’arrivée du métro

« Maison à vendre, à deux pas du futur métro place Carnot ». On retrouve ce refrain dans la plupart des annonces immobilières de Romainville (93), depuis l’annonce de l’extension de la ligne 11 du métro qui traversera la ville en 2022. Le secteur immobilier local bouillonne déjà en accueillant les premières demandes parisiennes de logements.

Le parc de Romainville, un espace vert de 8 hectares à quelques km de Paris ©Guilhem Vellut

Le parc de Romainville, un espace vert de 8 hectares à quelques km de Paris
©Guilhem Vellut

 

« Les maisons augmentent de 5 à 10% chaque année, les demandes explosent » exulte Jérôme, gérant d’une agence immobilière en face de la Mairie. Costume sombre ouvert sur chemise blanche, il confesse bien mieux travailler que ses prédécesseurs, à qui il a racheté l’agence il y a à peine 2 ans. « J’ai 250 personnes qui cherchent des maisons, 90% sont des Parisiens qui achètent pour la deuxième fois, après revente de leur appartement. L’ancien reste à peu près raisonnable, mais le neuf est très cher, ils pratiquent aujourd’hui les prix de demain ». Les affaires marchent aussi pour Franck, 38 ans, commercial dans une agence proche de la place Carnot. Costume brillant et cheveux gominés, il esquisse un sourire gourmand : « Avec l’arrivée du métro, le rapport espace / gain de temps est vraiment intéressant. Ça flambe déjà.  Le plafond des 4000 € le m2 a été dépassé ». En 2017, la chambre des Notaires de Paris relevait en effet le chiffre moyen de 3910 € le m2 pour les transactions du secteur de Romainville. Marie, propriétaire d’une maison de 115 m2 à 200 m du futur métro, n’hésite pas à en demander 5100 € le m2. Jointe par téléphone, elle assure être « sur le point de signer un compromis sans rabais ».

« On n’a pas attendu le métro pour construire »

Indéniablement galvanisé par l’arrivée du métro, l’intérêt pour Romainville est aussi dû à son urbanisme, pensé à long terme depuis longtemps. Maria Afonso, élégante cinquantenaire en tailleur marine et boucles d’oreille en or, dirige sa propre agence depuis 25 ans. Ses locaux ont dû être déplacés à une centaine de mètres de la place Carnot à l’arrivée du chantier, dont on voit les grues s’affairer à travers ses larges vitrines. « Depuis longtemps, Romainville se positionne dans la modernité. On n’a pas attendu le métro pour construire, cette ville avait besoin de renouvellement. Les franchises arrivent, comme Monoprix, ainsi que de nouveaux équipements ». Sur la place, devant les palissades, Jérôme, 48 ans, un habitué du quartier depuis 30 ans, confirme : « Nous avons des parcs, du vert, c’est comme un vieux village. C’est ce que cherchent les gens qui viennent. Paris et les Lilas sont saturés alors qu’ici, des marchés et des gymnases apparaissent, et ces nouvelles constructions dynamisent le quartier. Le métro ne sera qu’une étape de plus ». Bientôt, à Romainville, un autre refrain se fera entendre dans les hauts parleurs de la RATP : « Prochain arrêt : Place Carnot, tous les Parisiens en quête d’espaces sont incités à descendre ».

François Husson

À Romainville, l’arrivée du métro va-t-elle changer le quotidien de la place Carnot ?

Romainville se rapprochera de Paris en 2022

Romainville se rapprochera de Paris en 2022

Les Romainvillois interrogés Place Carnot  ne sont jamais indifférents à l’arrivée du futur métro de la ligne 11. Mais avant d’en profiter, ils subissent les travaux Place Carnot

 

 

Laetitia, secrétaire en auto-école, 28 ans

« Je déteste les transports en commun, mais ma voiture est cassée »

« Je vis à Noisy et je travaille Place Carnot. Je déteste les transports en commun, mais comme ma voiture est cassée, je prends le bus. Quand je fais du shopping à Paris, je dois prendre le bus 105, puis le métro, c’est long. Et qaund je fais mes courses à Rosny, c’est encore pire ».

 

Paulette, retraitée du secteur bancaire, 76 ans

« Je continuerai à prendre le bus »

« Moi, je suis propriétaire, alors le futur métro, ça va m’arranger. Ma maison est à 400 mètres de la Place Carnot, elle pourrait prendre de la valeur, mais je resterai là de toute façon. Et quand je me déplacerai, je continuerai à prendre le bus, parce que je suis habituée »

 

 

Laurent, 48 ans, pharmacien

« Je pense gagner une demi-heure par jour »

« J’attends le prolongement de la ligne depuis longtemps. Mon trajet prend 30 minutes en bus, et parfois, si j’en rate un, je peux attendre 15 minutes de plus. La nouvelle ligne va me changer la vie. Je pense gagner une demi-heure chaque jour. Sur un trajet de plus d’une heure et demi, ça compte »

 

 

Naïm, 22 ans, vendeur de peinture

« Il y aura plus de monde »

« Il y aura des avantages et des inconvénients au futur métro. Mais surtout, ça va amener plus de monde dans le quartier, car beaucoup plus de gens vont bouger. Surtout les jeunes des cités. Et vous savez comment ça se passe dans ces cas-là. Ça va être la pagaille ! »

 

 

Alexander, 21 ans, agent immobilier

« Ça va faire monter les prix »

« On attend tous la ligne 11. Elle passe déjà par Les Lilas, et quand elle sera à Romainville, ça va faire monter encore plus le prix de l’immobilier autour de la place Carnot. Ça va faciliter le marché et les affaires. L’offre et la demande seront accrues ».

Les Lilas (93): Une station de métro Serge Gainsbourg

https://www.google.com/maps/embed?pb=!4v1539272255242!6m8!1m7!1sdDRRuEzmBanD4pzcZHdfhA!2m2!1d48.88139003129992!2d2.427650504086835!3f187.3571845699284!4f-2.1465423599397013!5f0.4000000000000002 (Je ne comprends pas pourquoi le blog ne prends pas les Iframe…)
« Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous… » Oui mais le prolongement de métro de la ligne 11 s’offre des trous de première classe avec la création de la nouvelle station Serge Gainsbourg aux Lilas (93).
L’ouverture de la station est prévue pour 2023. Le chantier s’étale sur 6 km et la ligne comportera 6 nouvelles stations entre Marie des Lilas et Rosny sous Bois (93). Le ventre de Paris ne sera plus qu’à vingt minutes. Selon les projections d’Île-de-France mobilités (ex STIF), plus de 15000 voyageurs seront concernés par ce nouvel arrêt.
La station sera située à l’angle de le boulevard du Général Leclerc et de la rue de la Liberté. À l’origine, la nouvelle bouche de la ligne 11 devait s’appeler « Liberté » mais le maire a négocié pour qu’elle porte le nom du célèbre chanteur.
Serge Gainsbourg n’a jamais vécu au Lilas mais la municipalité lui multiplie les hommages. La mairie érigera une statue de bronze à l’effigie de l’édile de la ville. Assurément, on ne pourra plus croiser le gars sans le regarder !

Extension de la ligne 11 du métro : flambée des prix de l’immobilier à l’est de Paris

romvainville ligne 11
Romainville fait partie des communes qui ont mis en place une charte pour limiter la flambée des prix de l’immobilier. (crédit photo Guilhem Vellut)

ECRIRE UN CHAPO 

Le prolongement de la ligne 11 du métro jusqu’à Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis), qui devrait être mis en service fin 2022, bouleverse déjà le marché de l’immobilier à l’est de Paris.

Avec 13 stations, l’une des plus courtes lignes de la RATP relie actuellement le cœur de Paris à Mairie des Lilas. Elle va être prolongée de 6 kilomètres pour desservir 6 nouveaux arrêts : Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Romainville, Noisy-le-Sec et Rosny-sous-Bois. Dans un contexte où le prix de l’immobilier sur la capitale est toujours plus exorbitant (actuellement 9 300 euros le m2 en moyenne), les Parisiens s’intéressent fortement à ces communes jusque-là enclavées.

Voir aussi le micro-trottoir des usagers de la station Mairie des Lilas : Qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ? 

En effet, cette extension du réseau, dont les travaux ont démarré en 2015, devrait nettement faciliter le déplacement en transports en commun. Avec des correspondances qui connecteront la ligne 11 à la ligne 15 du métro et à la ligne 1 du tramway, les trajets de nombreux usagers de la RATP deviendront à la fois plus courts et plus simples.

Conséquence de cet attrait, les biens se vendent plus vite et les prix grimpent ! Si le m2 est encore souvent inférieur à 4 000 euros dans cette partie de la Seine-Saint-Denis, certaines communes, à l’instar de Romainville et de Montreuil, ont choisi d’encadrer les prix de l’immobilier avec des plafonnements. Ainsi, sur la Zac Acacia de Montreuil, il est prévu que le prix au m2 dans le neuf ne dépasse pas les 3 900 euros.

Voir aussi : Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

Rosny-sous-Bois: Quel impact l’arrivée du métro aura-t-elle sur votre quotidien?

Usha, 41 ans, caissière : « Le métro va changer nos vies »

« Le métro va beaucoup changer nos vies, surtout celles de mes enfants ! J’ai un garçon en BTS et une fille lycéenne. Notre maison est à deux pas de la future entrée du métro. Ils pourront aller facilement à Paris et mon temps de trajet pour aller au travail sera divisé par deux. Nous sommes très impatients ! »

Gérard, 68 ans, retraité : « Ma famille pourra me rendre visite. »

« Mon frère et mon père habitent aux Buttes-Chaumont. Ils pourront me rendre visite plus facilement. J’habite ici depuis quarante ans. Dans les années 80, Claude Pernès, le maire de Rosny-sous-Bois, espérait déjà l’arrivée du métro. C’est pour vous dire qu’on l’attend depuis longtemps ! »

Santiago, 30 ans, chef de cuisine : « Le métro nous a décidés à acheter. »

« Je suis parisien d’origine. Avec ma femme, on avait besoin de plus d’espace. On a emménagé à Rosny il y a six mois. Le métro nous a décidés à acheter. J’ai dû trouver un emploi dans un restaurant à Montreuil parce que c’est plus facile d’accès. Mais dès l’arrivée du métro, je retourne travailler à Paris. »

Nourouddine, 50 ans, ingénieur : « On est abandonnés par la mairie. »

« La ville nous a fait miroiter qu’on deviendrait parisiens. Mais les habitants du quartier sont remontés. A cause du chantier, c’est devenu impossible de stationner. Avec l’arrivée du métro, les gens laisseront leur voiture ici pour aller à Paris. Aucun parking n’est prévu. On est abandonnés par la mairie. »

Rose, 57 ans, assistante maternelle : « Je vais gagner de la clientèle. »

« J’habite au pied de la future station, alors je vais gagner de la clientèle. Ça va élargir le cercle des parents qui pourront facilement déposer leurs enfants avant de prendre le métro. Et avec l’augmentation du prix de l’immobilier, mon appartement va prendre de la valeur. Pour moi, c’est que du positif. »

 

Ligne 11: Les riverains du quartier Henri Dunant aux Lilas s’expriment

Que va changer la nouvelle station Serge Gainsbourg pour vous qui résidez dans le quartier Henri Dunant aux Lilas ? 

 

Tayep, 45 ans, gérant du bistrot Le Royal : « perdu la moitié de mon chiffre d’affaire » 

J’aimerais voir ce que donnera cette nouvelle station. Mais pourvu que ces travaux finissent ! En un an, ils m’ont fait perdre la moitié de mon chiffre d’affaire ! Avant, c’était noir de monde sur ma terrasse. Pleins d’enfants jouaient. Aujourd’hui, ils ont peur des travaux. Un bus ramassait une vingtaine de personnes ici. Il n’est même plus en service…

Brahim, 19 ans, étudiant : « Je vais gagner 15 minutes le matin » 

Je mets 45-50 minutes le matin pour me rendre à la fac de Dauphine (Paris XVIe). Je traverse tout Paris. Avec la station Gainsbourg, je n’en mettrai que 30. Elle m’économisera la marche jusqu’au métro le plus proche. Je gagnerai un quart d’heure de sommeil ! Dommage que je n’en profite que pour dernière année de fac…

Noël, 45 ans, comptable : « j’arrêterai la voiture » 

Le jour où la ligne 11 arrive aux Lilas, j’arrête la voiture. Encore aujourd’hui, je la prends pour aller travailler à Paris. Une vraie galère pour entrer dans la ville et y circuler. Chaque matin, je suis nerveux au volant. Pas idéal pour débuter une journée. Encore 4 ans de patience et je rendrai les clefs…

 

Propos recueillis par Geoffrey Fernandez et Raphael Roland-Levy

 


Autres articles sur le sujet
· Prolongement ligne 11 : Les travaux de la station Serge Gainsbourg transforment la Cité des Sentes aux Lilas
· Début des travaux d’accessibilité au métro Télégraphe à Paris

Prolongement de la ligne 11 du métro parisien : jouer la carte de l’immobilier

Le marché de l’immobilier est toujours très sensible à la création de stations de métro. Le prolongement de la ligne 11 en est une bonne illustration.

PARIS PLUS ACCESSIBLE
Romainville (Seine-Saint-Denis) séduit les parisiens à la recherche d’espace et de tranquillité. Une attractivité accentuée par l’arrivée en 2022 de la ligne 11 du métro parisien. Ses habitants se réjouissent déjà à la perspective de rejoindre en 14 minutes la station République (IIIe arrondissement de Paris). Les répercussions sur les prix de l’immobilier romainvillois commencent à se faire sentir.

L11_perspective_place-carnot2

Projet de modification de la Place Carnot à Romainville – Source : RATP

L’ÉVOLUTION DE L’IMMOBILIER
Avec 3 stations dans la ville ou à ses frontières (Serge Gainsbourg, située aux Lilas mais à proximité de Romainville ; Place Carnot, à la frontière de Noisy-le-Sec, Montreuil-Hôpital, au croisement des trois villes), l’ensemble de la commune sera bien desservi. La proximité avec les futures bouches de métro influe sur le prix du m2, dont la moyenne se situe aux environs de 4 200 euros. Franck Bozon, de l’agence Laforêt Immobilier à Noisy-le-Sec, note que « l’effet adresse joue à plein. D’un trottoir à l’autre, les prix varient d’au moins 10% ».

SAISIR LES OPPORTUNITÉS
Une zone d’aménagement concerté (ZAC) est en cours de création sur les 15 hectares libérés par la couverture de l’autoroute A3, tout près de la nouvelle station Montreuil-Hôpital. Quelques investisseurs avisés ont déjà commencé à acheter dans ce secteur calme et pavillonnaire, qui pourrait changer du tout au tout d’ici l’ouverture du prolongement.

D’après un texte de Bénédicte…

Les commerçants du Haut-Montreuil attendent l’arrivée du métro.

Les commerçants du boulevard de la Boissière, à Montreuil, attendent avec impatience l’ouverture de la station La Dhuys, prévue fin 2020 dans le cadre du prolongement de la ligne 11 jusqu’à Rosny-Bois-Perrier.

Devant son salon de coiffure vide du boulevard de la Boissière, à Montreuil, Seine Saint Denis, Abdel, 60 ans, cheveux blancs coupés avec soin, fume une cigarette. « Il y a beaucoup de concurrence. J’espère que l’arrivée du métro amènera de la clientèle », dit-il de sa voix douce.

Continue reading

Travaux aux stations Pyrénées et Jourdain : « De toute façon, il faut les faire « 

Les stations de métro Jourdain et Pyrénées, dans le XXe arrondissement de Paris, sont en cours de rénovation : le prolongement de la ligne 11, reliant la banlieue à Paris, atteindra Rosny-sous-Bois en 2022. Pour pallier un flux accru de voyageurs, à la station Pyrénées un nouvel accès et un escalier mécanique sont en cours de construction ; la station Jourdain sera dotée de deux escaliers et d’un couloir supplémentaires. Interrogés sur les conséquences pour eux des travaux, la plupart des riverains trouvent qu’ils sont certes pénibles, mais nécessaires.

André, 50 ans, garçon de café : « Ça nous fait de nouveaux clients »

« Les ouvriers qui font les travaux viennent manger et boire le café ici. Bon, la circulation a été impactée, et les travaux font du bruit. Mais de toute façon, il faut les faire, ces travaux ».

Jumab, 30 ans, propriétaire d’un kiosque à journaux : « On m’a coupé l’électricité ».

« Il y a 3 mois, on m’a dit que le kiosque allait être déplacé sur le trottoir d’en face. On m’a coupé l’électricité, et depuis, plus d’informations. Le déplacement du kiosque ne se fera peut-être pas avant un an. Comment faire quand il fait froid ou sombre ? »

Paulette, 83 ans, retraitée : « C’est très ennuyeux quand même ! »

« Il faut faire tout un tour pour prendre le bus. Ces travaux durent longtemps, c’est très ennuyeux quand même. Et puis, quand mon fils vient, il n’y a plus de places de stationnement. »

Gérome (sic), chef opérateur : «Le sens unique, c’est le bordel… mais dans ma rue, ça réduit la nuisance sonore  »

« Le bus ne va plus que dans un seul sens, c’est le bordel, et pour aller à la piscine avec les enfants, c’est compliqué. Mais on habite dans la rue de Jourdain, où les voitures ne circulent plus que dans un sens, et ça c’est bien, parce qu’il y a moins de bruit. »

Katia, responsable des ventes à la pâtisserie de la place Jourdain : « Je suis excédée »

« J’habite au-dessus de la boutique. je suis dans le bruit de 7 heures à 21 heures. Les livraisons ont lieu le mardi, la voie est bloquée, ça klaxonne tout le temps. A cause de la poussière, on a beaucoup plus de travail alors que les ventes baissent. Ça dure depuis trop longtemps. je suis excédée. »

 

Les habitants du « village Jourdain » trouvent bien que la banlieue soit rattachée à Paris par le métro.