EXO brève Chauffard-Stéphanie

Une jeune femme enceinte de 32 ans est décédée hier, suite à ses blessures causées par un automobiliste samedi 13 septembre 2019 au soir. Le conducteur âgé de 20 ans, après avoir emprunté un couloir de bus interdit aux voitures, a percuté la jeune femme qui se trouvait sur le trottoir. Le chauffard qui n’était pas alcoolisé a été interpellé et placé en garde à vue. Les deux autres passagers du véhicule ont pris la fuite avant l’arrivée des secours.

exo_breve_chauffard_uj

Elle est morte hier des suites de ses blessures. La jeune femme de 32 ans était enceinte de trois mois. Samedi soir, un chauffard de 20 ans l’a percutée sur un trottoir du IXe arrondissement de Paris, alors qu’il roulait à haute vitesse dans un couloir de bus. L’homme a été interpellé et placé en garde à vue. Les analyses d’alcoolémie se sont révélées négatives. Deux autres personnes qui se trouvaient à bord se sont enfuies après l’accident. (445)

Libération, lundi 15 septembre 2003

Brève à réécrire – Libé – Charles

Une femme de 32 ans enceinte de trois mois est morte hier de ses blessures à Paris dans le IXarrondissement. Elle avait été percutée samedi soir sur un trottoir par un véhicule circulant à vive allure dans un couloir de bus. Le chauffeur de 20 ans avait perdu le contrôle de sa voiture. Ses analyses d’alcoolémie se sont révélées négatives. Il a été interpellé et placé en garde à vue. Deux autres personnes qui se trouvaient à bord se sont enfuies après l’accident.

(467)

exo-critique ciné -samantha

Le Figaro

 

La cause est gagnée
mais sans subtilité

Un couple mixte et bobo est contraint d’inscrire en institut privé de leur petit dernier. Un pamphlet en faveur de la laïcité qui a du mal à tenir le cap.

 

Un scénario paresseux

 

Les personnages sont aussi légers que des bulles de savon, certains aussi filants que des étoiles, quasi inexistants

 

Les Échos

Bobo à l’école

Dans son dernier film, Michel Leclerc nous fait partager les tergiversations
savoureuses d’un couple sur le choix d’école dans un quartier en pleine gentifrication. Confronter aux problèmes d’intégration de leur fils, ils doivent envisager une terrible option : l’inscrire dans l‘établissement catho. 
En bon élève constant, le réalisateur ne nous déçoit décidément pas !

Laïque un jour…

Exo Edit Figaro Echos Charles

Le Figaro

Titre

Une « lutte des classes » desservie sa lourde narration

(55)

Chapô

Fable indigeste et indisciplinée, le film de Michel Leclerc déçoit sur tous les plans. Le réalisateur a souhaité traiter trop de sujets. Mal lui en a pris.

(155)

Inter                   

Personnages inexistants

(23)

Accroche

Sa mise en scène part à vau-l’eau. On dirait un premier film. Pourtant, Michel Leclerc a puisé dans son vécu.

(109)

Les Echos

Titre

Nom d’un Karl !

(15)

Chapô

Dans son dernier film « La lutte des classes », Michel Leclerc explore comme à son habitude des sujets graves sur le mode de la comédie. Cette radiographie en profondeur de l’ascenseur social est certes moins réussie que « Le nom des gens ». Mais les acteurs – Édouard Baer et Leïla Bekhti en tête – sont très convaincants.

(323)

 

Inter

Ni béat, ni baba

(16)

exo_edit_figaro_echos_uj

Le Figaro uj

Titre La guerre des classes de Michel Leclerc : hors sujet (53)

Chapô Caméra indisciplinée, acteurs sans surveillance, scénario confus, clichés lourds. Le nouveau long métrage de Michel Leclerc cumule les fautes. (143)

Inter Comme un premier film (21)

Accroche Michel Leclerc rame depuis Le nom des gens, meilleur scénario en 2010. Un prix qu’il ne recevrait pas aujourd’hui. (115)

Les Échos uj

Titre Mention « bien » (17)

Chapô Dans sa nouvelle comédie La guerre des classes, Michel Leclerc aborde avec légèreté le sujet grave de la mixité sociale. Attachés à l’école laïque et publique, les parents du jeune Corentin, dit « Coco », voient leurs convictions mises à l’épreuve quand les amis de Coco intègrent l’enseignement catholique. (307)

Inter Tentation catho (15)

Charles, Marie & Ulrike

Selon vous, le Royaume-Uni doit-il sortir de l’Union européenne ?

« Un élément essentiel de l’Union » (31)

Je ne le pense pas. C’est une erreur. Je ne suis pas un mordu de la politique, mais je pense quand même qu’ils feraient mieux de rester dans l’Union. A long terme, ils seront pénalisés économiquement. Et pour l’Europe aussi, pour les autres pays, c’est une perte. Le Royaume-Uni est un des pays fondateurs de l’Union européenne, un élément essentiel. (350)

Felix, 44 ans, médecin

« L’Europe devrait être constructive » (31)

Je n’en sais trop rien. De toute façon, ils ont déjà décidé. Mais c’est intéressant d’avoir une Union, ça serait bien qu’ils restent. C’est quand même un projet commun. L’Union devrait être constructive et solidaire. Ils veulent la quitter pour des raisons économiques, ils pensent que l’Europe les tire vers le bas. (313)

Marina, 25 ans, graphiste

« S’allier aux États-Unis ? »

Je ne crois pas. Qu’est-ce qu’ils vont faire s’ils sortent de l’Union européenne ? S’allier aux États-Unis ? Ils vont être obligés de rester et peut-être de voter aux élections européennes. Il faudrait faire un nouveau référendum. Je pense aux Anglais que je connais qui vivent en France et qui attendent leur naturalisation. (348)

Francine, 81 ans, retraitée de la Sécurité sociale

« Ça va compliquer les voyages »

Non, le Royaume-Uni ne doit pas sortir de l’Union européenne. C’est pour des raisons économiques que le Royaume-Uni veut sortir de l’Union européenne. Pour les enseignants, le Brexit va compliquer l’organisation des voyages scolaires : il faut déjà des tas de papiers, c’était déjà compliqué, ça va le devenir encore plus !

Anne-Sophie, 39 ans, professeur d’espagnol

« La situation est absurde »

C’est compliqué. La sortie de l’UE est une décision complexe qui n’a pas été anticipée. De nombreux Britanniques regrettent et souhaitent rester dans l’UE. La situation est absurde. Le Royaume-Uni est dans une position délicate. Les conséquences pour l’UE seraient minimes car de futurs accords pourraient être trouvés avec le Royaume-Uni. Il faut proposer un nouveau référendum.

Jesse, 30 ans, Chef de projet marketing

exo_plastique_Stéphanie/Samantha

Titre et Chapô à venir

 

Le lait de vache, boudé à la faveur du lait d’amande ou de soja, pourrait finalement jouer
un rôle inattendu dans la « bio-consommation ». À partir de 2021, les produits plastiques à usage unique seront interdits dans l’UE. Une option de substitution : les plastiques biosourcés, c’est-à-dire fabriqués en majorité à base de matières renouvelables. Dans ce domaine l’usage du lait vache pourrait représenter une solution avantageuse. En extrayant la caseine, protéine majoritaire du lait de vache, la star-up lyonnaise, Lactips, est parvenue à produire des granulés thermoplastiques, entièrement biodégradables, solubles dans l’eau et comestibles. Actuellement mis en application et commercialisé dans le conditionnement de tablettes de lave-vaisselle, les propriétés de cet emballage le rendraient également idéal dans l’agro-alimentaire. Si l’on considère, d’après les sources du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, que ce produit cible sa production sur la filière du lait impropre à la consommation, il pourrait présenter une alternative plutôt vertueuse.

 

Titre

Océans pollués : cétacés en danger

Chapô :

Une nouvelle découverte macabre, le vendredi 5 avril sur le littoral sarde alertent de nombreux scientifiques. Quel devenir pour nos cétacés, premières victimes la pollution plastique des océans ?

Article Stéphanie à venir

 

exo_plastique_chb_uj

Hug the mug (11)

Avant même son interdiction, le gobelet jetable est en voie de disparition. Le mug, cette grande tasse aux décors pour tous les goûts, remplace le plastique, même dans les machines. (181)

UJ

 

Le mug est un objet à la mode, c’est la star des goodies. Beaucoup d’entre nous en avons apporté un à notre lieu de travail… mais sans l’utiliser.

La consommation de matières plastiques a été multipliée par vingt en cinquante ans. Le plastique détruit la planète, mais ce phénomène peut être combattu par des gestes simples. Par exemple, de nouveaux distributeurs à café sont équipés de cellule de détection, permettant au consommateur d’être servi dans son propre mug, et évitant ainsi d’utiliser un gobelet en plastique à usage unique. L’offre est abondante : le fabriquant Necta, le loueur Distriplus ou le torréfacteur Caro proposent de tels distributeurs.

Pourquoi l’usage du mug est-il peu répandu ? Nous, consommateurs, sommes probablement trop paresseux : il est plus simple d’utiliser un gobelet en plastique. En outre, l’acquisition d’un nouveau distributeur est un investissement important pour les entreprises.

Toutefois, des solutions existent : le fabriquant Azkoyen fait payer moins cher les boissons si on utilise son propre mug. Cette mesure incitative permet de générer de précieuses économies, et d’aller au-delà des traditionnelles actions symboliques. A partir du 1er janvier 2020 la vaisselle jetable en plastique sera interdite. Prenons un peu d’avance.

Charles Bonati

Filet Ulrike Charles

Planète

Des actions pour un monde sans plastique

Il est largement possible de se passer du plastique et des emballages à usage unique. Alors que le « mois de juillet sans plastique » a sensibilisé les citoyens à ce problème environnemental, ceux-ci peuvent agir concrètement.

 

Il vaut mieux commencer maintenant à changer ses habitudes durablement, sans attendre le début du « mois de juillet sans plastique ». Pour la neuvième fois, l’initiative venue en 2011 d’Australie incitera le citoyen à découvrir des modes d’achat qui permettent d’éviter les emballages à usage unique.

Selon les Australiens, le « Plastic Free July » est aujourd’hui relayé localement dans 170 pays. En France, l’année dernière, l’idée a même été popularisée par les journaux gratuits.

Le plastique est omniprésent. Et de vivre sans plastique a l’apparence d’un défi impossible à relever. Mais si l’on regarde de près, qu’est-ce qui nous oblige au juste d’acheter une barquette de carottes râpées ? Ou de boire un café en marchand ?

Peut-être faut-il s’asseoir pour passer en revue son quotidien et traquer le plastique. Le site www.plasticfreejuly.orgpropose de remplacer le lait par du lait végétal de fabrication maison. Pour ceux qui souhaitent commencer plus modestement, un bento, la boîte déjeuner japonaise, peut remplacer les barquettes à midi. Le bicarbonate nettoie aussi bien que bon nombre de détergents. Et un livre, emballé dans un tissu décoratif et réutilisable, fera le plus beaux des cadeaux – aussi pour notre planète.

 

1236 signes

Sources :

https://www.plasticfreejuly.org/