Manger « local » : les maraîchers franciliens peinent à gagner du terrain

(Enquête de Nicolas Guyard édité par Jérôme Duhamel – 12175 signes)

idf-fruits-legumes-jaune

Malgré une forte demande des consommateurs en produits frais et locaux, le nombre de maraîchers en Île-de-France diminue. Et la tendance ne semble pas s’inverser malgré les dispositifs mis en place. La faute à l’étalement urbain ?

Une forte demande de produits locaux

Sur le marché de la place de Joinville, dans le XIXe arrondissement de Paris, comme tous les dimanches matin, il y a foule devant l’étal de Jean-Michel Cattiaux. Une vingtaine de personnes patientent avant de pouvoir choisir parmi la quinzaine de variétés de légumes proposés. Le maraîcher-producteur du Plessis-Bouchard, dans le Val-d’Oise, vend l’essentiel de sa production ici, en circuit court. « Ils sont beaux, ses légumes, on voit qu’ils viennent de sortir de terre », s’émerveille Émilie, grand-mère d’origine antillaise qui fréquente le marché depuis plus de quarante ans.

Bu2JzJN

Rechercher le « local », la qualité, reconnecter la ville aux territoires de production… les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se préoccuper de leur alimentation, de leur santé et de la crise environnementale. L’Apur (Atelier parisien d’urbanisme) a dénombré, en sus des marchés forains, plus de 120 circuits courts à Paris et 355 Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) en Île-de-France. Et la demande est potentiellement gigantesque : chaque année, les 12 millions de Franciliens engloutissent 850 000 tonnes de fruits et légumes. Malheureusement très peu sont produits en circuit court. Car les maraîchers de la Région n’arrivent pas à fournir en quantité suffisante, produisant seulement 75 000 tonnes. On est loin de l’autosuffisance alimentaire du Paris du début du XIXe siècle. En effet, malgré une forte demande locale, le nombre de maraîchers en Île-de-France ne cesse de baisser. Ils sont passés de 600 en 2000 à environ 250 aujourd’hui.

 Une offre affaiblie par un métier dur… et le développement des villes

La faute à la difficulté du métier ? « C’est beaucoup d’heures de travail, c’est dur. Cette année, je n’ai pris que trois jours de vacances », explique Jean-Michel Cattiaux, crâne rasé et physique de fort des Halles. À cela s’ajoute des difficultés de recrutement : les saisonniers sont mal rémunérés, le logement dans la région est cher. Et la concurrence est sévère, notamment des autres régions au climat plus favorable.
Mais ces raisons ne suffisent pas à expliquer la forte baisse en Île-de-France des surfaces de maraîchage : 70 % depuis les années 1970.
Le principal coupable est l’ogre urbain, qui réduit les terres agricoles comme peau de chagrin, cantonnant les maraîchers sur 4 280 petits hectares, à comparer aux 569 000 hectares de terres cultivées de la région. « Historiquement, les grandes villes françaises se sont implantées là où il y avait les terres les plus fertiles, pour nourrir la population », explique Christophe Hillairet, président de la Chambre d’agriculture d’Île-de-France. Et c’est bien le problème. Aujourd’hui, les anciens jardins de Paris sont sous le béton. Car en s’agrandissant, la cité a consommé de l’espace (plus de 100 000 hectares de terres agricoles ces cinquante dernières années en Île-de-France, 55 000 hectares chaque année en France), et repoussé l’agriculture loin des lieux de consommation.
« Si on ne reprend pas une exploitation familiale, il est presque impossible de s’installer. Il n’y a plus de terrains autour de Paris », déplore Jean-Michel Cattiaux. Lui a repris celle de ses parents il y a trois ans : 8 hectares pour le maraîchage et 15 hectares de céréales pour alterner et faire reposer les terres tous les cinq ans.

« On reste dans une logique de consommation des sols. »

Marc Nielsen, géographe et chargé de mission à l’association Terres en villes

 mar nielsen geographe

Terres agricoles et développement urbain : incompatibles ?

N’y a-t-il rien à faire pour lutter contre l’étalement urbain ? « Les outils existent. C’est juste qu’on ne les mobilise pas suffisamment. On reste dans une logique de consommation des sols », constate Marc Nielsen, géographe et chargé de mission à l’association Terres en villes, spécialisée en politiques agricoles et alimentaires d’agglomérations. Était-il par exemple nécessaire de bétonner 42 000 m² de terres fertiles pour construire à Cesson (Seine-et-Marne) un énième centre commercial, Maisonément, quand on sait qu’il y en a déjà deux à quelques kilomètres : Carré-Sénart, à Lieusaint, et Champ de Foire, à Melun ? Depuis son ouverture en 2008, les fermetures de magasins s’y sont succédé. Il est aujourd’hui en travaux… pour redynamisation.
« Pour les élus locaux, c’est un peu “si on a une pastille du Schéma directeur de la Région Île-de-France (SDRIF), on a le droit d’urbaniser 25 hectares !” », plaisante, à moitié sérieuse, Julia Tual, chargée de mission à la Safer, Société d’aménagement foncier et d’établissement rural, sous tutelle des ministères de l’Agriculture et des Finances, qui a, entre autres missions publiques, celle de lutter contre la spéculation sur les terres agricoles. Et sur la carte du SDRIF 2030 affichée dans le couloir des bureaux parisiens de la Safer, les pastilles sont nombreuses sur les terres agricoles en périurbanité. Elles sont de trois couleurs : jaune (secteur ouvert à l’urbanisation quand un projet de transports en commun est prévu), orange (secteur d’urbanisation préférentielle, sur des terres agricoles) et rouge (secteur de renouvellement du tissu urbain, à densifier, mais déjà perdu pour l’agriculture).
Ceux qui ont du mal à l’avaler, la pastille orange, ce sont les agriculteurs ! Dernier exemple en date ? Le triangle de Gonesse et son carré agricole de 400 hectares s’étendant sur les communes de Gonesse et de Roissy, dans le Val-d’Oise. L’endroit rêvé pour un beau complexe de loisirs, le décrié Europacity. « Les agriculteurs franciliens doivent-ils, une nouvelle fois, être sacrifiés à l’aune des intérêts économiques faramineux de tels projets ? », s’étrangle la Chambre d’agriculture d’Île-de-France.

Vision politique de court terme

Car si les forêts sont sanctuarisées, force est de constater que les terres agricoles ne sont pas aussi bien protégées. Élaborant avec l’État le SDRIF pour définir les grandes politiques publiques, la Région déclare vouloir « maintenir une agriculture de proximité » pour parvenir à « un rééquilibrage » en prévoyant de « rendre inconstructibles 400 hectares de terrain par an au profit de l’agriculture », cela tient plus du vœu pieux, sinon de l’affichage. « Le SDRIF n’a pas fait bouger les lignes. Il n’a pas été relayé au niveau local et n’est pas assez contraignant, déplore Marc Nielsen. Surtout, il y a un problème d’échelle de gouvernance en Île-de-France. Le Grand Paris arrive beaucoup trop tard pour coordonner l’aménagement. » Au niveau intercommunal, les PLUI sont souvent révisés lors de changement des majorités politiques. Et le temps de la mandature n’est pas celui du territoire, qui s’inscrit dans un temps long, celui aussi de l’agriculteur. En moyenne, un exploitant possède 20 % de ses terres et loue le reste. En zone périurbaine, les propriétaires savent que la pression foncière est forte. Ils font donc des baux de courte durée et attendent que les terres agricoles basculent en zone à urbaniser. Et c’est le jackpot : le prix de l’hectare de terres libres, qui oscille entre 6 500 euros (Sud Seine-et-Marne) et 11 000 euros (Val-d’Oise), est multiplié par 20. La tentation est grande, même pour un agriculteur.

Pérenniser les exploitations

Dans l’écosystème maraîcher, le moment critique est celui de la transmission de l’exploitation. Depuis 2000, la moitié des maraîchers d’Île-de-France ont pris leur retraite. « Les exploitations qui sont reprises dans le cadre familial sont celles qui ont été modernisées. Les vieillissantes ne le sont pas, car nécessitant un investissement trop important », constate Stéphane Rolland, responsable du pôle maraîcher de la Chambre d’agriculture. Il y aussi les nouveaux maraîchers, ceux hors cadre familial. « Pour s’installer, il faut de la visibilité sur la destination du foncier, pour se projeter dans la durée », explique Ornella Braceschi, ex-chargée de mission à la Direction régionale interdépartementale de l’agriculture et de la forêt (DRIAAF). Un investissement agricole s’effectue en effet sur quinze ou vingt ans. Surtout, il faut un espace qui ne soit pas morcelé, pour la fonctionnalité de l’exploitation, autre menace fréquente qui participe à la disparition des maraîchers.

park_uk_summer_house_tractor_home_wales_work-388571.jpg!d

La population agricole a diminué, le salariat s’est substitué en partie à la main-d’œuvre familiale, les chefs d’exploitation sont de plus en plus diplômés.

Pour aider à la reprise et aux installations, plusieurs acteurs peuvent intervenir. La Safer, en premier lieu, qui lutte contre le mitage des espaces par un travail de surveillance et d’intervention foncière (droit de préemption), et accompagne les collectivités pour la mise en place de périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles naturels et périurbains (PAEN), de zones agricoles protégées (ZAP). La Safer démarche les propriétaires un à un pour leur demander d’affecter leurs terres en zone agricole sur du très long terme.
Autre acteur important, l’Agence des espaces verts (AEV), qui acquiert du foncier qu’elle met à disposition des agriculteurs en bail rural.

En quête de candidats agriculteurs

Une fois que les terres sont maîtrisées, il faut trouver un candidat. Et c’est loin d’être simple : « C’est un problème qui a été sous-évalué. Il est très difficile de trouver des agriculteurs avec un projet viable », reconnaît Marc Nielsen. Et les candidats hors cadre familial, qui suivent une formation d’un an en CFPPA (Centre de formation pour la promotion agricole), ne rêvent pas forcément d’effectuer leur retour à la terre en périurbain.
Surtout, il faut que le projet tienne la route économiquement. « Les installations hors famille s’effectuent surtout en bio, une priorité de la loi d’avenir pour l’agriculture et l’alimentation et la forêt de 2014. Mais les projets sont fragiles, il y a déjà eu des arrêts », déplore Stéphane Rolland de la Chambre d’agriculture. Et s’il n’y a pas de candidat, les terres sont urbanisées.

triangle vert-champs

Le Triangle vert, un projet de territoire agriurbain

Une initiative qui tient la route : Le Triangle vert

Mais là encore, tout est question de volonté : d’un côté celle du pouvoir politique local, et de l’autre côté celles des maraîchers, des associations et des citoyens. Parmi les terrains de résistance, citons, à une vingtaine de kilomètres environ au sud de Paris, le Triangle vert des villes maraîchères du Hurepoix, 4 500 hectares dans l’Essonne cernés par l’A10, la N104 et la N20. Ce projet de territoire agriurbain (on en compte douze dans la Région) est né en 2003 d’une prise de conscience des élus locaux de cinq communes d’insérer l’agriculture dans un écosystème plus collectif. L’association a consolidé le foncier agricole, reconquis des friches. Les projets sont discutés dans un collège des communes, un collège des exploitants agricoles et un collège des usagers de l’espace.
Brigitte Bouvier, sa présidente, maire-adjointe de Saulx-les-Chartreux, explique : « Il faut se donner les moyens politiques de garder les agriculteurs. Les élus, s’ils ont la volonté, tous les outils existent. On s’est entouré de l’aide de la Région, du département. Les agriculteurs re-croient à leur métier. Ils vivent correctement dans des petites structures à l’équilibre parce qu’ils vendent au juste prix. »

 

copyright : ARENE 2015

 

Le Triangle vert compte aujourd’hui une trentaine d’exploitations : 70 % en maraîchage et 20 % en céréales. En plus de protéger les terres, l’association a soutenu et développé les différentes filières, incité les producteurs à commercialiser en circuits courts ultralocaux : vente directe sur les marchés parisiens ou de la Petite Couronne, mise en place de deux magasins de producteurs locaux, approvisionnement de cantines, Amap… et même vente sur le Carreau des producteurs franciliens du Marché d’intérêt national (MIN) de Rungis. Et quand son président-directeur général, Stéphane Layani, déclare à l’occasion de l’événement « L’Île-de-France dans nos assiettes », qui s’est tenu fin octobre à Rungis, à l’initiative de la Région, que « c’est le consommateur qui vote et que les gens n’accepteront plus de manger des produits qui ont fait des kilomètres », on espère que quelques lignes ont bougé et que les maraîchers d’Île-de-France vont garder la patate.

Hausse du diesel, les transports publics cherchent leur voie (non abouti, sans editing en binôme)

Pour répondre au besoin de véhicules que va occasionner le développement des transports dans le Grand Paris, la RATP va devoir réutiliser 118 bus roulant au diesel. La hausse du prix de ce carburant contraint encore plus les sociétés autocaristes à une évolution déjà amorcée par la loi Macron.

Après un pic en 2010 où 80 % des véhicules de transports collectifs roulaient au diesel, la part de marché n’a cessé de baisser, passant à 50 % en 2016.

Or, suite à la libéralisation du transport collectif en autocar opérée par l’actuel président de la république (les “cars Macron”), cette solution de déplacement est de plus en plus prisée. Pour des distances jusqu’alors essentiellement couvertes par la voie ferrée, les tarifs deviennent très concurrentiels et la fréquentation est en hausse constante. Pour exemple, lors des vacances de la Toussaint, les réservations ont connu une hausse de plus de 40% sur le plan national.

Il n’en reste pas moins que les expérimentations ne sont pas encore concluantes : le diesel reste la solution financière la plus intéressante. « Quand on voit le sort réservé au diesel, il faut prendre les devants », renchérit Jean-Baptiste Maisonneuve, propriétaire de 300 autocars dans le Beaujolais, et acquéreur de quatre Iveco au gaz.

 

 

1253 s.

Jérôme

Linky – Jérôme 790 s 122 m

Peut-on refuser la pose d’un compteur électrique Linky ?

Bien que situé au domicile, le compteur dit « communicant » Linky appartient aux collectivités territoriales qui en gèrent l’exploitation (pose, entretien, etc.) et non aux fournisseurs d’énergie. Sa pose est une obligation légale.

Des associations de défense des consommateurs tentent de s’y opposer, évoquant, entre autres, leur dangerosité et les atteintes à la vie privée.

Ni le Conseil d’État ni la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) n’ont validé, à ce jour, les motifs d’opposition.

Le rapport de l’Agence nationale de sécurité de l’environnement (Anses) qui permettra d’en évaluer les effets sanitaires est attendu d’ici fin 2016.

Refuser sa pose exposera à des frais, voire à une suspension de l’accès au réseau.

Exo ADN Jérôme

Titre 50 signes

Les ventes de tests ADN explosent aux États-Unis 49

Forte croissance des ventes de tests ADN aux États-Unis 56

Chapô 300 signes

La baisse du prix des test ADN sur le sol américain a entrainé une forte croissance de sa commercialisation auprès du grand public, motivé par la recherche de ses origines ou de pathologies graves. Il incombe aux sociétés proposant ces services de répondre aux questions éthiques de protection des individus. 308

Exergue 150 signes

« Les individus ont une autonomie totale sur leur propre corps, donc ils peuvent faire ce qu’ils veulent avec leur ADN. » Yaniv Erlich 134

Inter 1 40 signes

Qu’attendre des résultats ? 27

Inter 2 30 signes

La diffusion des données personnelles 37

Inter 3 30 signes

Protéger les données 21

Inter 4 30 signes

Un outil d’investigation sans risques ? 39

Brève Libé Jérôme

Samedi soir dans le IXe arrondissement de Paris, une jeune femme de 32 ans, enceinte de trois mois, a été fauchée par une voiture circulant à vive allure dans un couloir de bus. Elle est morte hier des suites de ses blessures. Le chauffeur, 20 ans, a perdu le contrôle de sa voiture et l’a percuté sur le trottoir. Il a été interpellé et placé en garde à vue. Les analyses d’alcoolémie se sont révélées négatives. Deux autres personnes qui se trouvaient à bord se sont enfuies après l’accident.

494

Exo Libé Jérôme

SURTITRE 15 signes

Box sécurisés 13

TITRE 30 signes

Pas encore jugé, déjà en prison 31

CHAPÔ 180 signes

Dans le cadre des plans de lutte contre le terrorisme de 2014 et 2016, les tribunaux s’équipent de box de plus en plus sécurisés. Des barreaux et des parois de verre pare-balle éloignent l’avocat de son client. Une entrave à leur mission de soutien et une importante remise en cause des droits des prévenus.

EXERGUES 140 signes

Des « piloris modernes », « des pustules judiciaires dignes du musée des horreurs », Jean-Yves Liénard, pénaliste 113

INTER 1 / 25 signes

Boîte de verre ou boîte de fer 30

INTER 2 / 25 signes

La justice inaudible 20

Prolongement de la ligne 11 du métro parisien : jouer la carte de l’immobilier

Le marché de l’immobilier est toujours très sensible à la création de stations de métro. Le prolongement de la ligne 11 en est une bonne illustration.

PARIS PLUS ACCESSIBLE
Romainville (Seine-Saint-Denis) séduit les parisiens à la recherche d’espace et de tranquillité. Une attractivité accentuée par l’arrivée en 2022 de la ligne 11 du métro parisien. Ses habitants se réjouissent déjà à la perspective de rejoindre en 14 minutes la station République (IIIe arrondissement de Paris). Les répercussions sur les prix de l’immobilier romainvillois commencent à se faire sentir.

L11_perspective_place-carnot2

Projet de modification de la Place Carnot à Romainville – Source : RATP

L’ÉVOLUTION DE L’IMMOBILIER
Avec 3 stations dans la ville ou à ses frontières (Serge Gainsbourg, située aux Lilas mais à proximité de Romainville ; Place Carnot, à la frontière de Noisy-le-Sec, Montreuil-Hôpital, au croisement des trois villes), l’ensemble de la commune sera bien desservi. La proximité avec les futures bouches de métro influe sur le prix du m2, dont la moyenne se situe aux environs de 4 200 euros. Franck Bozon, de l’agence Laforêt Immobilier à Noisy-le-Sec, note que « l’effet adresse joue à plein. D’un trottoir à l’autre, les prix varient d’au moins 10% ».

SAISIR LES OPPORTUNITÉS
Une zone d’aménagement concerté (ZAC) est en cours de création sur les 15 hectares libérés par la couverture de l’autoroute A3, tout près de la nouvelle station Montreuil-Hôpital. Quelques investisseurs avisés ont déjà commencé à acheter dans ce secteur calme et pavillonnaire, qui pourrait changer du tout au tout d’ici l’ouverture du prolongement.

D’après un texte de Bénédicte…

Exo Café Jérôme

Titre print
A l’Anticafé, vous payez le temps, pas le café
A l’Anticafé, on paye le temps, pas le café
A l’Anticafé, on paye le temps passé, pas le café

Chapô print
L’Anticafé, c’est la coloc version bar. Poussant plus avant le concept du « coworking », ce café d’un nouveau genre fait florès. Les colocataires sont ici des clients cherchant une atmosphère et un cadre plus en lien avec des aspirations communautaires. Il attire une clientèle studieuse et décontractée, évitant l’empressement des cafés classiques.
349

Exergue
« Au bout de deux cafés, c’est rentabilisé parce qu’ici dans le quartier, l’expresso n’est vraiment pas donné, entre 3 et 4 € » Till, 21 ans, étudiant allemand
162

Inter
« Comme à la maison »
21

Légende
La « barista » sert boissons classiques ou originales et encas à volonté.
71

Titre print 2
Un concept qui s’étend à d’autres lieux
39

WEB
Titre :
A L’Anticafé, au centre de Paris, vous payez le temps, pas les consommations.
77

Chapô WEB :

Bistrot d’un nouveau genre, les clients paient à l’heure et consomment à volonté boissons et encas servis par une barista. Wifi gratuit et illimité, l’atmosphère est studieuse mais décontracté. Le lieu répond à des aspirations communautaires, évitant l’empressement des cafés classiques.
287

Exo B/K Jérôme

Titre 1 : Booba versus Kaaris au tribunal

Chapô 1 : Les deux rappeurs, qui encourent chacun une peine de prison ferme, campent sur leurs positions et se rejettent les responsabilités

Inter 1 : Jusqu’à 10 ans de prison encourus

33 signes

 

Légende 1 : Booba (à gauche) et Kaaris (à droite) s’affrontaient déjà violemment sur les réseaux sociaux depuis des années

110 signes

 

 

Titre 2 Les dommages collatéraux : coût de la casse et préjudice moral

 

 

Titre 3 : Stress avant embarquement : la confusion gagne l’aéroport

60 signes

 

Chapô 3 : Effets collatéraux de la confrontation : la panique saisit les voyageurs, les vols sont retardés. Romain et Nezha ont eu peur d’en faire les frais.

147 signes

 

Inter 3 : « Jamais vu un tel bordel »

27 signes

 

Légende 3 : En route vers le Portugal pour se marier, Romain et Nezha prennent un selfie à leur arrivée au Portugal

La pratique chorégraphique en accès libre au « 104 » : les bonnes raisons d’y organiser des « battle ». Rendez-vous dimanche prochain pour la « Battle Monsieur et Madame Smith ».

Ici on brasse, et pas que de l’air !

Profitant d’une architecture surdimensionnée fin 19e, le 104, lieu artistique multicarte du nord de Paris, propose en accès libre sur ses deux grandes dalles de béton ciré un espace de pratique chorégraphique, tel un gymnase de rue amélioré, protégé par des murs de pierre et une immense verrière. Danseurs d’un côté, circassiens (professionnels des arts du cirque) de l’autre. Des élèves du Cours Florent répètent une chorégraphie, un homme en tenue ample et équipé d’oreillettes évolue sur un mètre carré, des costauds se jettent au sol avec énergie et souplesse au son d’une enceinte diffusant force rythmiques… Horizons différents, styles différents, chacun respecte et ses distances et les pratiques des autres.

Un état d’esprit

« On vient ici pour ne pas être dans « l’entre nous », pour se donner de l’entrain », commente Marie, 19 ans, élève au Cours Florent. « Il y a une bonne cohabitation, un esprit de bienséance », renchérit Solène, 20 ans. La verrière fournit un éclairage naturel qui égalise les silhouettes et la hauteur impressionnante absorbe le trop-plein sonore : « Il y a une ambiance tranquille et si le son est trop fort, on se le dit sans problème. Bon, il est arrivé que le service d’ordre intervienne, mais rien de bien méchant. » Elles évitent de venir le weekend, jours de plus grande affluence. Une pause et la répétition repart.

A distance du groupe, deux jeunes femmes se contorsionnent. Jessica, 23 ans, est circassienne de métier : « L’espace n’est pas cloisonné, même si les circassiens sont plutôt sur l’autre dalle, histoire d’éviter qu’une balle de jonglage ou autre ne tombe et ne devienne un danger pour les danseurs ».

On ne s’évalue pas, on s’observe.

Adel, 35 ans, graphiste, vient de s’échauffer et se place dans le cercle des danseurs hip hop qui se succèdent : « C’est bien cool, on est concentré sur notre truc, mais parfois j’observe les autres et ça m’inspire. »

Tous n’ont pas entendu parler de la « battle » de dimanche mais ne sont pas étonnés de sa tenue. Compétition « bon enfant », mais compétition quand même, une « battle » met en scène, à l’image de rappeurs rivalisant dans leur art vocal, des danseurs dont le succès sera mesuré à l’applaudimètre. Le respect est de mise, tous des mordus de leur art et l’on se comprend dans l’effort pour épater et s’épater. Clins d’œil, « check » et tape sur l’épaule, une énergie circule.

Organisé par la compagnie Zayi, WAVZ Média et Rstyle, la « Battle Monsieur et Madame Smith » se tiendra le dimanche 23 septembre 2018 de 14h30 à 18h30. Les duos de danseurs mixtes rivaliseront sur tous styles de danse. « Le seul mot d’ordre est d’épater le jury et aussi le public car il aura le pouvoir de départager les équipes en votant pour son duo préféré. (www.104.fr) » Accès libre et gratuit.

2994 signes