Ligne 11: Les riverains du quartier Henri Dunant aux Lilas s’expriment

Que va changer la nouvelle station Serge Gainsbourg pour vous qui résidez dans le quartier Henri Dunant aux Lilas ? 

 

Tayep, 45 ans, gérant du bistrot Le Royal : « perdu la moitié de mon chiffre d’affaire » 

J’aimerais voir ce que donnera cette nouvelle station. Mais pourvu que ces travaux finissent ! En un an, ils m’ont fait perdre la moitié de mon chiffre d’affaire ! Avant, c’était noir de monde sur ma terrasse. Pleins d’enfants jouaient. Aujourd’hui, ils ont peur des travaux. Un bus ramassait une vingtaine de personnes ici. Il n’est même plus en service…

Brahim, 19 ans, étudiant : « Je vais gagner 15 minutes le matin » 

Je mets 45-50 minutes le matin pour me rendre à la fac de Dauphine (Paris XVIe). Je traverse tout Paris. Avec la station Gainsbourg, je n’en mettrai que 30. Elle m’économisera la marche jusqu’au métro le plus proche. Je gagnerai un quart d’heure de sommeil ! Dommage que je n’en profite que pour dernière année de fac…

Noël, 45 ans, comptable : « j’arrêterai la voiture » 

Le jour où la ligne 11 arrive aux Lilas, j’arrête la voiture. Encore aujourd’hui, je la prends pour aller travailler à Paris. Une vraie galère pour entrer dans la ville et y circuler. Chaque matin, je suis nerveux au volant. Pas idéal pour débuter une journée. Encore 4 ans de patience et je rendrai les clefs…

 

Propos recueillis par Geoffrey Fernandez et Raphael Roland-Levy

 


Autres articles sur le sujet
· Prolongement ligne 11 : Les travaux de la station Serge Gainsbourg transforment la Cité des Sentes aux Lilas
· Début des travaux d’accessibilité au métro Télégraphe à Paris

Prolongement ligne 11 : Les travaux de la station Serge Gainsbourg transforment la Cité des Sentes aux Lilas

Dans le cadre du prolongement de la ligne 11 du métro parisien, nous sommes allés à la rencontre des riverains d’un quartier HLM aux Lilas, au nord-est de Paris, où se construit depuis 16 mois la station Serge Gainsbourg. Il y a 40 ans, le quartier n’était composé que de pavillons et s’appelait Cité-jardin. Aujourd’hui, les travaux compliquent la vie des commerçants et annoncent le changement.

Le coeur du quartier de la cité des Sentes, aux Lilas, c’est sa promenade arborée, toute proche de la future station de métro Serge Gainsbourg, sur la ligne 11 du métro. L’ouverture n’est prévue qu’en 2022. Mais depuis que les travaux ont commencé il y a seize mois, l’endroit dépérit.

Au premier plan une allée arborée. Derrière, deux tours d'immeubles bétonnées

Les tours HLM de la Cité des Sentes et leur promenade centrale – ©Ville des Lilas

Dans les traversées piétonnes qui relient immeubles et école maternelle, trois vieilles dames sont assises sur un banc, devant la crèche. Jeanette, 81 ans y a ses habitudes. “Je vis là depuis 47 ans, après tout”, “moi aussi !”, s’écrie Maryse à sa gauche. D’un ample geste du bras elle désigne les cinq barres HLM.  “Quand je suis arrivée dans la première barre (NdA : en 1971¹) tout ça autour, ce n’étaient que des pavillons”.

Mais, sur la route qui mène à l’actuel terminus, à Mairie des Lilas, en dix minutes de marche, les jeunes se projettent déjà dans l’avenir. Maxime, lycéen de seconde se rend à pied dans son établissement. Le métro sera son ticket pour la faculté de droit qu’il espère intégrer dans Paris. Pour Kader, 23 ans, qui se déplace en scooter mais va travailler en métro quotidiennement, ce seront vingt minutes gagnées chaque jour. Accéder à la station Châtelet, aujourd’hui, ce sont 24 minutes par bus et métro sur la ligne 11. En 2022, il n’en faudra plus que 16.

De l’autre côté de la rue, désormais fermée à la circulation, on trouve un centre commercial abritant un franprix, une boulangerie, un tabac et aux moins deux enseignes fermées. Un mot scotché à la vitre indique “ré-ouverture le 17/09”. C’était il y a une semaine. Au café qui fait l’angle, le sol autour de l’unique table en terrasse est jonché de mégots et de sucrettes déchirées. Le patron, Tayep, 45 ans, ne se donne même plus la peine de balayer : “C’est dur, il n’y a plus personne. Le bus accordéon qui déposait il y a un an encore une quinzaine de personnes toutes les dix minutes ne passe plus devant le café”. Alors qu’il scrute le chantier, il reste partagé entre optimisme et désespoir. “Je suis curieux voir ce que ça va apporter, dans 4 ans. Si nous sommes toujours là”.

 


Références
¹. L’habitat aux Lilas, “De la Cité-jardin au quartier des Sentes”, mai 2013, http://www.ville-leslilas.fr/dossiers/10-0-508/de-la-cite-jardin-au-quartier-des-sentes


Autres articles sur le sujet
· Début des travaux d’accessibilité au métro Télégraphe à Paris
· Ligne 11: Les riverains du quartier Henri Dunant aux Lilas s’expriment

Début des travaux d’accessibilité au métro Télégraphe à Paris

Coup d’envoi. Dès aujourd’hui et jusqu’à la mi-mai 2020, la construction d’une nouvelle bouche de métro équipée d’un ascenseur débute à l’angle des rues de Belleville et du Docteur Potain, Paris 19ème. Le terrain est préparé, les premiers coups de pioche ne vont pas tarder. Le but ? Faciliter l’accès des transports publics aux personnes à mobilité réduite. Télégraphe, comme 97% des stations du réseau RATP, ne dispose en effet d’aucune entrée par ascenseur, la rendant impraticable pour les usagers en fauteuil roulant.

Photo 4/3 symétrique d'un l'escalier mécanique, vide, avec un point de fuite central.

L’escalateur de la station Télégraphe ne sera bientôt plus le seul accès à la station de métro parisienne (ligne 11). – CC Ralf.treinen on Wikimedia Commons

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du prolongement de la ligne 11. Plus précisément, du volet d’adaptation et de modernisation des installations. Un projet qui représente un investissement de 214 millions d’euros, co-financés par la région Île de France, la Mairie de Paris, l’État et la RATP.

“Pendant les travaux, tout est mis en œuvre pour limiter les nuisances”, assure-t-on dans la Lettre Infos Riverains – Télégraphe du mois de Septembre. Si vous habitez le quartier, Christophe Servat, chargé d’informations de la RATP, se tient à votre disposition pour répondre à vos questions par mail dans la rubrique contact du site prolongementligne11est.fr.

La station Télégraphe, créée en 1935, a accueilli deux millions trois-cent quatre-vingt mille voyageurs en 2017. En France en 2015, les personnes à mobilités réduites représentaient 13,5% de la population, dont 2 à 3% en fauteuil roulant.

 


Autres articles sur le sujet
· Prolongement ligne 11 : Les travaux de la station Serge Gainsbourg transforment la Cité des Sentes aux Lilas
· Ligne 11: Les riverains du quartier Henri Dunant aux Lilas s’expriment

Exo Café – Hervé

Titre print : L’Anticafé bistrot des temps modernes

Chapo print: Un nouveau concept de café a ouvert à Paris, rue Richelieu. Il s’agit d’un lieu de vie communautaire. L’ambiance y est conviviale et chaleureuse. Dans ce lieu, on se sent comme chez soi.

Inter : Clientèle diversifiée

Exergue : « Je pourrais rester chez moi, mais je préfère me rendre ici, parce que comme c’est payant ça me motive pour bosser » (Tommaso, chercheur en philosophie de 30 ans)

Légende :

Titre print 2 : Effet boule de beige du paiement à l’heure

Exo Café – Geoffrey

Titre print 1 – Cafés à l’heure, l’anticoncept
Chapô print 1 – Les anti-cafés explosent alors que la chaîne homonyme s’apprête à ouvrir un neuvième établissement. Dans ces troquets d’un nouveau genre, les clients viennent pour le co-working qui côtoie le ludique.
Exergue – « Dans un café traditionnel, au bout de trente minutes sans reprendre une conso, on a l’impression d’être un parasite », Tommaso, 30 ans, chercheur en philosophie
Inter – Comme à la maison
Légende – Marie (à g.) connaîtra même votre prénom pour 240€ par mois à l’Anticafé du Louvre.
Titre print 2 – Temps d’euros à la minute : une idée déclinable


Titre web – Anti-cafés : co-working et ludisme pour 5€ de l’heure
Chapô web –  On y retrouve des abonnés pour 240€ par mois et des pompiers au petit-déjeuner, témoignages d’une clientèle hétéroclite qui ne paye pas sa conso mais le temps sur place.

Exo B/K Hervé

Titre 1 : Booba et Kaaris devant la justice
Chapo 1: Le procès des deux rappeurs, va avoir lieu, au tribunal de Créteil, après leur violente bagarre à Orly. Ils vont devoir s’expliquer.
Inter 1 : Les avocats présentent des versions différentes des faits.
Légende 1: Booba et Kaaris, figures du rap français, proches il y a quelques années, sont désormais des ennemis jurés. Leur clash fait le buzz.

Titre 2 : les deux rappeurs créent un lourd préjudice financier

Titre3 : Romain et Nezha, deux jeunes mariés
Chapo3 : Leur vol a été retardé, par la bagarre entre Booba et Kaaris, juste avant leur mariage
Inter 3 : Panique à Orly, après la bagarre
Légende 3 : Romain et Nezha, heureux d’être à Lisbonne. Ils ont connu une journée mouvementée à Orly.

Exo B/K Geoffrey

Titre 1 – Kaaris et Booba jouent à chat perché devant le juge
Chapô 1 – Les deux artistes et leurs clans sont de retour au tribunal suite à la rixe du 1er Août. Les avocats des deux camps campent sur leurs positions respectives.
Inter 1 – Invoquer la légitime défense
Légende 1 – Élie Yaffa alias Booba, à gauche. Et Kaaris, à droite, Okou Armand Gnakouri de son vrai nom, surnommé le rappeur de Sevran.


Titre 2 – Le préjudice du duty-free estimé à près de 75 000 €


Titre 3 – La rixe d’Orly devient l’anecdote de leur mariage
Chapô 3 – Parmi les passagers reroutés figuraient deux futurs mariés qui ont bien cru que leurs noces allaient tomber à l’eau.
Inter 3 – Bannis de la playlist des noces
Légende 3 – Romain et Nezha sont bien arrivés à Lisbonne malgré les évenements.

Quand Sexy Dance rencontre Mr & Ms. Smith

Votez pour votre sulfureux couple de danseurs préférés ce week-end au 104. “Battle Monsieur et Madame Smith”, tel est le titre évocateur de ce concours, accessible gratuitement au public, qui verra s’affronter pour sa 1ère édition des duos mixtes dans des styles de danse totalement libres (salsa, hip-hop, contemporain, etc.). Vos voix auront du poids ! Suivant la tradition des battles, le public aura la possibilité de départager les vainqueurs en donnant de la voix. Rendez-vous à 14h30 ce Dimanche 23 Septembre au 104 rue Curial (XIXème).

Digne de Breaking Bad

Le cambriolage spectaculaire et en moins de deux minutes par au moins une dizaine d’individus encapuchonnés d’une armurerie à Houston (Texas, USA), dans la nuit du 28 Février au 1er Mars, suggère une planification minutieuse : arrachage de la grille en fer forgé au pickup, répartition des rôles entre chauffeurs, casseurs, sélectionneurs et porteurs. Les suspects, filmés par les caméras du magasin, semblent avoir pris la fuite. Le montant du butin, composé d’armes de poing et d’au minimum deux fusils, est encore inconnu à cette heure.

Source : youtube.com/user/CrimeStopHouston

Le Refuge agrémenté pour le suivi des jeunes migrants LGBTQI

Un groupe de 4 jeunes demandeurs d'asiles brandissant un drapeau arc-en-ciel

Crédit photo : Têtu©

L’association montpelliéraine “Le Refuge”, accompagnant des jeunes LGBT isolés, a annoncé le 5 Septembre avoir obtenu un agrément de 3 ans auprès de l’office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA). Ils accompagneront les migrants – réfugiés et demandeurs d’asile – plus tôt au côté de l’organisme public. Jusqu’alors ceux-ci devaient d’abord contacter la ligne d’urgence de l’association (165 appels en 2018).