Associations antispécistes : du discours pédagogique aux attaques de boucheries

Enquête de Thibault RIOS, relecture par Céline REICHEL

Tandis que le bien-être des animaux d’élevage préoccupe dorénavant une majorité de Français, force est de constater que le nombre de végétariens n’a pas encore franchi la modeste barre des 5%. Si l’association L214 a conquis l’opinion publique, certaines ONG antispécistes moins consensuelles estiment qu’il faut agir de manière plus virulente pour obtenir un changement radical de société. L’association 269 Libération animale s’attaque ainsi directement aux professionnels de la viande. 

Premier novembre 2018, place du Palais-Royal. Tandis que les premières notes du Requiem de Mozart résonnent, des dizaines de personnes, tout de noir vêtues, se rassemblent au milieu de l’esplanade et serrent les rangs. À l’occasion de la Journée mondiale du véganisme, l’association Vegan Impact a organisé un happening destiné à sensibiliser l’opinion publique au sort des animaux envoyés à l’abattoir. Deux heures durant, les militants, dont certains arborent au niveau du cou une entaille sanguinolente, restent immobiles avec des pancartes aux slogans accusateurs : Manger de la viande, c’est être complice de meurtre ; les animaux ne sont pas nos esclaves

À intervalles réguliers, la funèbre mélodie s’interrompt pour laisser place au vibrant plaidoyer d’Alexandra Blanc, fondatrice et présidente de l’association, qui évoque les « meurtres de masse » et les « pratiques toujours plus barbares » commises sur les « personnes animales ».

« On ne fait pas la révolution avec un sac de courses »

Dans le sillage des fructueuses initiatives de L214, l’une des principales associations françaises de défense des animaux, a essaimé depuis 2016 toute une galaxie de groupes déterminés à renverser la table et à mettre un terme à l’exploitation animale sous toutes ses formes. Là où les représentants de L214 agissent en lanceurs d’alerte, faisant de la pédagogie leur atout principal, ces groupes en plein essor adoptent une position nettement moins conciliatoire, 269 Libération animale en tête.

stand l214 avril 2018 nantes

L214, une des nombreuses associations antispécistes françaises, prépare son stand à Nantes en avril 2018 ; photo Koalas.

Sur le site Internet de cette association antispéciste, le ton est martial. Ses membres se réfèrent plus volontiers aux penseurs de la désobéissance civile, comme Martin Luther King ou les Black Panthers, qu’à Jane Goodall ou Brigitte Bardot. Une poignée d’activistes sont même allés jusqu’à se faire tatouer au fer rouge le numéro 269 – il s’agit à l’origine du matricule d’un veau sauvé de l’abattoir -, en signe de solidarité avec leurs frères à poils et à plumes opprimés par le système spéciste. Ils ne se privent d’ailleurs pas de tacler les militants vegan modérés, qu’ils accusent d’être les idiots utiles d’un « nouveau capitalisme végétal » et dont la stratégie attentiste leur apparaît comme une coupable résignation. « Épargnez-nous vos “ go vegan ! ”, on ne fait pas la révolution avec un sac de courses » proclame ainsi l’un des articles publiés dans la section relayant les actions du groupe.

Pour Ceylan Cirik, cofondateur de l’association 269 Libération animale, « la légalité est une forme de soumission ». Loin des manifestations bon enfant dans lesquelles on préconise une transition en douceur, les membres du mouvement plaident en faveur de l’action directe, seule méthode efficace selon eux pour rééquilibrer les rapports de force.

Bien qu’ils réfutent l’accusation d’appel à la violence, dont les animaux sont à leurs yeux les véritables victimes, ces activistes se sont donné pour mission de « fabriquer du lien insurrectionnel » et entendent « mettre leurs ennemis à genoux ».

Ce dévouement pour les bêtes n’est toutefois pas sans risque. Les militants de 269 Libération animale sont en effet régulièrement amenés à comparaître devant la justice pour répondre de leurs actes. Quatre militants ont ainsi écopé d’une amende de plusieurs milliers d’euros pour avoir participé au blocage d’un abattoir le 26 avril dernier à Houdan, dans les Yvelines. Ils ont filmé cet événement pour le diffuser sur Twitter, Facebook et leur site officiel :

Mais les condamnations ne découragent pas ces guérilleros de la cause animale, qui dénoncent un « acharnement judiciaire »destiné à les « museler ».

Castration à vif des porcelets

Outre les effractions nocturnes dans les abattoirs et la libération d’animaux d’élevage, les activistes ont fait des raids contre les boucheries leur principal modus operandi. Bris de vitrines, graffitis hostiles à la profession et faux sang répandu sur la devanture des commerces : plusieurs dizaines de bouchers ont vu leur établissement devenir la cible de ces dégradations en mai et juin 2018. Attaques qui, pour l’essentiel, se sont concentrées dans le Nord et l’Île-de-France. Face à l’ampleur du phénomène, le président de la Confédération française de la boucherie en avait appelé aux pouvoirs publics, demandant à ce qu’un dispositif de sécurité soit instamment mis en place afin de répondre à ces actes de vandalisme que certains professionnels de la viande n’ont pas hésité à comparer à des actions terroristes.

Des cas similaires ont été recensés en Suisse et au Royaume-Uni, mais ils apparaissent minimes au regard de l’ampleur qu’a pris ce phénomène au pays du foie gras et de la blanquette de veau. Pour Isis La Bruyère, chargée de campagne pour L214la cause de cette multiplication d’actes violents est évidente. Certains militants auraient agi de la sorte par dépit, suite au rejet de plusieurs amendements contenus dans le projet de loi Egalim qui étaient destinés à améliorer les conditions d’élevage et à réduire la souffrance animale.

porcelet élevage intensif tsaag valren

Plusieurs amendements du projet de la loi Egalim qui portaient sur le bien-être des animaux d’élevage ont été rejetés ; photo Tsaag Valren.

Un mécontentement légitime compte tenu de la présence dans le programme du candidat Emmanuel Macron de certaines de ces mesures, telles que l’agrandissement des cages dans les exploitations avicoles ou l’interdiction de la castration à vif des porcelets. À l’arrivée, le seul texte adopté pose l’interdiction, pour les produits végétaux, de l’utilisation de termes ordinairement associés aux aliments issus de l’exploitation animale comme « steak » ou « fromage ». Une provocation pour de nombreux militants, qui se sont sentis doublement floués.

Dans la nuit du 27 au 28 septembre 2018, un abattoir situé dans l’Ain est dévoré par les flammes.  L’acte est revendiqué quelques jours plus tard sur le site anarchiste Indymedia par Lune Blanche et Meute Noire, deux activistes aspirant à la « propagation d’un chaos qui refuse de choisir entre l’amour et la violence ». Lors d’une session parlementaire, le député LR Damien Abad lit une lettre anonyme adressée à la directrice de l’abattoir incendié. Missive dont la virulence et le caractère ordurier ne sont pas sans rappeler la rhétorique employée par toute une frange des opposants à l’IVG.

vegan burger mikehipp

Depuis quelques semaines, l’appellation « steak vegan » est interdite en France ; photo Mikehipp.

Fin octobre, 269 Libération animale appelle à de nouvelles actions. C’est le début des « journées du sang versé ». Fromagers, poissonniers et traiteurs sont à présent dans le viseur des militants antispécistes. À Versailles et dans le treizième arrondissement, des boucheries halal sont à leur tour prises pour cibles. Elisa Keller, déléguée de l’antenne suisse de l’association, avait pourtant indiqué lors des premières offensives que ces commerces seraient épargnés afin de ne pas ajouter au climat d’islamophobie ambiant.

« Des abrutis »

Bien que cette radicalisation ne concerne pour l’instant qu’une minorité d’individus, elle n’en reste pas moins problématique dans la mesure où ce regain d’actes plus spectaculaires que réellement préjudiciables écorne l’image de l’ensemble du mouvement auprès de l’opinion publique.

Ces agissements sont également loin de faire l’unanimité parmi les défenseurs de la cause animale. Du côté des personnalités haut placées, les condamnations ne se sont pas fait attendre. Yannick Jadot, candidat EELV à l’élection présidentielle de 2017, a par exemple considéré que les casseurs étaient des « crétins ».

graffiti antispécisme

Les graffitis antispécistes fleurissent depuis quelques années sur les murs et les affiches du métro parisien ; photo Thibault Rios.

À écouter les responsables de la filière de la viande, la profession vivrait la peur au ventre, dans l’attente d’un inéluctable drame. Loin de ces déclarations alarmistes, il apparaît que la grande majorité des commerçants n’a pas cédé à la psychose. Certains se montrent même magnanimes. C’est notamment le cas de Lucas, employé dans une charcuterie de la rue Montorgueil, à Paris : « Je comprends que les gens soient remontés contre la surconsommation de viande et la pollution que cela engendre mais cela ne justifie en rien de s’en prendre aux commerçants. »

Un poissonnier exerçant à quelques pas de là ironise pour sa part sur la capacité de nuisance de cette poignée de casseurs :

« Ils ne mangent ni viande ni poisson. C’est pas leur régime à base de choux-fleurs qui va leur donner les moyens de jouer les gros bras ! »

Du côté des défenseurs des animaux, on craint que ces incidents isolés ne jettent le discrédit sur l’ensemble du mouvement et ne fournissent aux autorités un prétexte pour accentuer les mesures contre la cause antispéciste. Il convient à ce titre de rappeler que le président du CRAC 1,Jean-Pierre Garrigues, a fait l’objet d’écoutes téléphoniques jusqu’à son décès, survenu en novembre 2017.

Suite à la diffusion au début du mois d’octobre 2018 d’un reportage de Zone Interdite consacré à la révolution vegan, les promoteurs du véganisme avaient essuyé sur les réseaux sociaux encore plus d’insultes et de moqueries qu’à l’accoutumée.

Plusieurs partis politiques dédiés à la cause animale

Il y a quelque trente ans de cela, les végétariens, et plus généralement les défenseurs de la cause animale, étaient perçus par le reste de la société comme de gentils doux dingues ou, à la limite, d’inoffensifs casse-pieds. Bien que la France ne compte aujourd’hui que 5 % de végétariens revendiqués, et donc encore moins de personnes adeptes du véganisme, la cause animale trouve un écho plus favorable auprès de l’opinion publique 2.

parti animaliste moselle

Le Parti animaliste s’est présenté à l’élection présidentielle française de 2017 ; photo Parti animiste Moselle.

D’après une étude datant de mars 2017, réalisée conjointement par l’IFOP et l’association L214, 80 % des Français considéreraient la question de la condition animale comme importante. Une avancée dont témoigne l’apparition dans le paysage politique de plusieurs partis dédiés à la défense des animaux en l’espace de seulement deux ans. On peut citer le Parti animaliste, dont plus d’une centaine de membres se sont portés candidats aux dernières législatives, ainsi que le Rassemblement des écologistes pour le vivant, fondé par le journaliste Aymeric Caron, fer de lance du mouvement antispéciste dans les médias.

Aussi minimes qu’ils puissent paraître, ces indéniables progrès participent à une graduelle évolution des mœurs, notamment alimentaires, qui serait restée à l’état embryonnaire sans la pugnacité et le travail de longue haleine effectué par les militants des ONG, en particulier ceux de l’association L214. Dernier fait d’armes en date pour l’association, avoir obtenu de l’État la fermeture provisoire d’un abattoir dont la production était pourtant étiquetée bio, suite à la diffusion d’une vidéo montrant de graves manquements aux normes d’abattage normalement en vigueur dans ce type d’exploitation.


 

NOTES :
Comité radicalement anticorrida.
Étude publiée en 2017 par l’entreprise Harris Interactive.

 

test datavisualisation

<iframe src= »//datawrapper.dwcdn.net/yWG0c/1/ » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowtransparency= »true » width= »665″ height= »530″></iframe>

https://datawrapper.dwcdn.net/yWG0c/1/

<iframe id= »datawrapper-chart-yWG0c » src= »//datawrapper.dwcdn.net/yWG0c/1/ » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowtransparency= »true » style= »width: 0; min-width: 100% !important; » height= »530″></iframe><script type= »text/javascript »>if(« undefined »==typeof window.datawrapper)window.datawrapper={};window.datawrapper[« yWG0c »]={},window.datawrapper[« yWG0c »].embedDeltas={« 100″:639, »200″:569, »300″:530, »400″:530, »500″:530, »700″:530, »800″:530, »900″:530, »1000 »:530},window.datawrapper[« yWG0c »].iframe=document.getElementById(« datawrapper-chart-yWG0c »),window.datawrapper[« yWG0c »].iframe.style.height=window.datawrapper[« yWG0c »].embedDeltas[Math.min(1e3,Math.max(100*Math.floor(window.datawrapper[« yWG0c »].iframe.offsetWidth/100),100))]+ »px »,window.addEventListener(« message »,function(a){if(« undefined »!=typeof a.data[« datawrapper-height »])for(var b in a.data[« datawrapper-height »])if(« yWG0c »==b)window.datawrapper[« yWG0c »].iframe.style.height=a.data[« datawrapper-height »][b]+ »px »});</script>

 

EDF parie sur une envolée imminente des voitures électriques

voiture electrique 03 fotomelia

La voiture électrique serait plus économique que le diesel et l’essence. (photo Fotomelia)

CHAPO : Avec les mesures de la taxe carbone, mise en place en 2014, les Français sont régulièrement mis à rude épreuve. Dans le contexte de la Contribution Climat-Énergie, le gouvernement vient ainsi d’annoncer une hausse de la taxe diesel de 6,5 centimes à partir de 2019. Cette décision impopulaire va-t-elle accélérer les ventes de véhicules électriques ?

La question mérite d’être posée, tant les augmentations sont récurrentes concernant l’essence et le diesel. Au 1er janvier 2019, la taxation sur le litre de diesel va encore augmenter. Les Français protestent et vont même bloquer les autoroutes du pays le 17 novembre, gilets jaunes sur le pare-brise en signe de protestation. La grande gagnante de cette période de trouble sera peut-être la voiture électrique.

Lire aussi : Le train, une alternative peu crédible à la voiture

voiture electrique 04 fotomelia

Selon l’IFPEN, le nombre de voitures électriques vendues va augmenter de 12% de 2017 à 2018. (photo Fotomelia)

La voiture électrique 5% moins cher

Selon une étude de l’UFC-Que Choisir, une voiture de ce type coûte moins cher que son homologue à énergie fossile. L’étude prend en compte le prix et les primes à l’achat du véhicule, le prix de l’approvisionnement, celui de l’entretien et le tarif assurance. Une voiture électrique reviendrait à 5 % moins cher qu’une voiture à diesel. Si l’on en croit l’étude de l’IFPEN (Institut français pour le pétrole – énergies nouvelles), les Français seraient intéressés : en effet, 25 000 véhicules électriques seront vendus en France en 2018, prévoit l’Institut des énergies nouvelles, soit 12 % de plus qu’en 2017 à la même époque. EDF a anticipé cette hausse. Le fournisseur va ajouter 70 000 bornes électriques aux 5 000 déjà existantes en France, d’ici 2022.

Plus de bornes, des véhicules moins chers et plus écologiques, ces arguments inciteront-ils les automobilistes français à lâcher le combat contre le carburant ?

Raphaël (et Céline)

Exo ADN Céline

Titre (61 signes)

Ambitions et limites du kit ADN aux Etats-Unis

Chapô (286 signes)

Identification de ses origines, prédiction des maladies… Aux Etats-Unis, le kit ADN, en vente libre et toujours moins cher, a désormais passé la barre des 10 millions d’utilisateurs. Mais entre fiabilité relative et problèmes éthiques, ce test génétique soulève de nombreuses questions.

Exergue (159 signes)

« Quand j’ai vu le nom de Chavez, ça a été un coup de tonnerre. Un ami de ma mère s’appelait Bill Chavez. J’étais le résultat de leur aventure. » Linda Ketchum

Intertitre 1 (30 signes)

Vendu en ligne ou en pharmacie

Intertitre 2 (30 signes)

Partage des données génétiques

Intertitre 3 (21 signes)

Dissiper les craintes

Intertitre 4 (25 signes)

18 « cold cases » résolus

Brève Libé Céline

Une jeune femme de 32 ans, enceinte de 3 mois, a été fauchée par un véhicule circulant à vive allure, samedi soir, dans le IXe arrondissement de Paris. La victime est morte hier des suites de ses blessures. Le chauffard, 20 ans, avait perdu le contrôle de sa voiture après s’être lancé dans un couloir de bus, percutant la passante sur le trottoir. Ses analyses d’alcoolémie se sont révélées négatives. Il a été interpellé et placé en garde à vue. Deux autres personnes qui se trouvaient à bord se sont enfuies.

Exo Libé Céline

SURTITRE (17 signes)
Justice française

TITRE (26 signes)
Dans le bunker des accusés

CHAPO (193 signes)
Depuis les attentats de 2015, les box ultra-sécurisés des salles d’audience françaises s’apparentent à de véritables geôles. Inquiets, les avocats en appellent au respect des droits de l’homme.

EXERGUE (140 signes)
« Nous n’avons jamais eu de cas d’évasion mais c’est une hypothèse plausible. Le principe de ces box, c’est qu’il y ait une étanchéité totale. » – Jacques Boulard, président du TGI de Nanterre

INTERTITRE 1 (25 signes)
Des « piloris modernes »

INTERTITRE 2 (20 signes)
Dangerosité supposée

Extension de la ligne 11 du métro : flambée des prix de l’immobilier à l’est de Paris

romvainville ligne 11
Romainville fait partie des communes qui ont mis en place une charte pour limiter la flambée des prix de l’immobilier. (crédit photo Guilhem Vellut)

ECRIRE UN CHAPO 

Le prolongement de la ligne 11 du métro jusqu’à Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis), qui devrait être mis en service fin 2022, bouleverse déjà le marché de l’immobilier à l’est de Paris.

Avec 13 stations, l’une des plus courtes lignes de la RATP relie actuellement le cœur de Paris à Mairie des Lilas. Elle va être prolongée de 6 kilomètres pour desservir 6 nouveaux arrêts : Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Romainville, Noisy-le-Sec et Rosny-sous-Bois. Dans un contexte où le prix de l’immobilier sur la capitale est toujours plus exorbitant (actuellement 9 300 euros le m2 en moyenne), les Parisiens s’intéressent fortement à ces communes jusque-là enclavées.

Voir aussi le micro-trottoir des usagers de la station Mairie des Lilas : Qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ? 

En effet, cette extension du réseau, dont les travaux ont démarré en 2015, devrait nettement faciliter le déplacement en transports en commun. Avec des correspondances qui connecteront la ligne 11 à la ligne 15 du métro et à la ligne 1 du tramway, les trajets de nombreux usagers de la RATP deviendront à la fois plus courts et plus simples.

Conséquence de cet attrait, les biens se vendent plus vite et les prix grimpent ! Si le m2 est encore souvent inférieur à 4 000 euros dans cette partie de la Seine-Saint-Denis, certaines communes, à l’instar de Romainville et de Montreuil, ont choisi d’encadrer les prix de l’immobilier avec des plafonnements. Ainsi, sur la Zac Acacia de Montreuil, il est prévu que le prix au m2 dans le neuf ne dépasse pas les 3 900 euros.

Voir aussi : Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

Métro parisien : qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ?

mairie des lilas ligne 11
A partir de 2022, la station Mairie des Lilas ne sera plus le terminus de la ligne 11. (crédit photo Clicsouris)

En 2022, la ligne 11 du métro sera prolongée de 6 stations à l’Est de Paris jusqu’à Rosny-Bois-Perrier (Seine-Saint-Denis). Nous sommes allés rencontrer les usagers de la station Mairie des Lilas, située sur cette ligne, pour leur demander ce que l’extension allait changer pour eux.

Lydie, 58 ans, secrétaire à la retraite, Paris… Ce sera plus simple d’aller au centre commercial de Rosny

Je suis comblée. Je vais pouvoir aller au centre commercial de Rosny sans faire de changement ! Jusque-là, il me fallait prendre deux métros et un bus. En plus, mon fils vit à Romainville, je vais donc pouvoir lui rendre visite plus facilement. Pour moi, l’extension de la ligne est une aubaine.

Mathieu, 45 ans, ingénieur du son, Les Lilas… Ca va ramener plus de monde

Sur la ligne 11, c’est tranquille, il n’y a pas grand monde, l’ambiance est plutôt détendue comparé à la ligne 2 que j’ai prise pendant 20 ans quand j’habitais à Pigalle. J’ai un peu peur du monde que ce prolongement va engendrer. Mais je vois aussi le côté positif, ces travaux vont moderniser la ligne.

Voir aussi : Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

Julien, 28 ans, pâtissier-boulanger, Les Lilas… Ça va accentuer la gentrification

L’arrivée du métro va entraîner une gentrification sur les six nouvelles stations. Les populations qui habitent là depuis longtemps vont être obligées à terme de s’éloigner encore un peu plus de Paris.

Peiyu, 32 ans, serveuse, Romainville… Je vais gagner 20 minutes sur mon trajet

Pour me rendre à mon travail dans le XVIIe arrondissement, je prends le bus jusqu’à Mairie-des-Lilas, puis le métro. Quand tout va bien, je mets une heure ! Le soir, il m’arrive d’attendre le bus un quart d’heure. Alors, un métro à cinq minutes de chez moi, c’est super !

Travaux de la station Mairie des Lilas : les commerçants font de la résistance

travaux mairie des lilas02
Une communication visuelle a été installée sur le chantier pour rappeler aux passants et aux clients que les commerces sont ouverts. (photo Auguste André)

Dans le contexte du prolongement de la ligne 11 du métro, la RATP a également lancé des travaux de modernisation sur les stations existantes. Le chantier à ciel ouvert de la station Mairie des Lilas occasionne depuis mai 2017 un bouleversement notoire sur la voirie. Les commerçants du boulevard de la Liberté redoublent d’énergie et d’ingéniosité pour limiter la baisse de leur chiffre d’affaires.

Au milieu du vacarme et des grues, Maurice, propriétaire d’une agence immobilière sur le boulevard de la Liberté aux Lilas (Seine-Saint-Denis) attend son rendez-vous de pied ferme. Depuis des mois, il perd des clients. Il a donc fait appel à un chargé d’information de la RATP pour pouvoir installer dans le quartier des banderoles rappelant que son établissement est ouvert.

Enseignes occultées, circulation interdite, places de stationnement supprimées, bruit et poussière… Sur le boulevard de la Liberté, à l’occasion du prolongement de la ligne 11, la fréquentation des commerces est sérieusement impactée par les travaux de la station de métro Mairie des Lilas. Au milieu de ce chaos urbain, qui ne prendra pas fin avant 2020, les commerçants redoublent d’inventivité pour ne pas perdre leurs clients.

travaux mairie des lias01
Sur le boulevard de la Liberté, la circulation est entièrement interrompue depuis plus d’un an. (photo Auguste André)

Casquette de titi parisien et tablier rouge, Loïc mise sur la solidarité pour tenir le coup dans sa fromagerie : « Avec les travaux, les gens viennent moins. Il a fallu se retrousser les manches ! Je fais de la communication, je distribue mes flyers aux autres commerçants, on s’entraide et on s’envoie nos clients. »

« On a perdu 30% de notre chiffre d’affaires »

A deux pas de là, Sandrine, fleuriste, se montre pragmatique : « Avec l’impact des travaux sur mon chiffre d’affaires, je limite l’embauche, j’ai juste une employée à mi-temps. Heureusement que je n’ai pas de concurrence dans le quartier ! » Comme ses voisins, elle doit supporter le bruit et la saleté. « J’ai râlé sur les réseaux sociaux quand les travaux ont occasionné d’énormes poubelles devant mon magasin. Ca n’a pas traîné, ils ont rapidement fait le nécessaire ! »

En face, la vitrine de la boutique Optic Duroc est vide. Jessica et Megane, les deux jeunes vendeuses, ont été obligées de réorganiser le magasin : « Sur le boulevard, les gens pensent que nous sommes fermés. Heureusement, on a aussi une vitrine sur la rue de Paris ! On a donc déplacé tous nos produits d’un seul côté. Mais on a quand même perdu 30% de notre chiffre d’affaires… »

Michel, le propriétaire de l’agence immobilière, a enfin été rejoint par le chargé d’information de la RATP pour convenir des emplacements stratégiques de ses futures banderoles. En outre, comme tous les commerçants impactés, il espère que son dossier d’indemnisation à la RATP sera rapidement validé.

Voir aussi le micro-trottoir des usagers de la station Mairie des Lilas : Qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ?