Arrivée de la ligne 11 à Romainville : ses répercussions sur l’immobilier

Des possibilités de transport accrus et un accès beaucoup plus rapide à Paris sont des arguments de poids sur le marché de l’immobilier. Romainville, avec l’arrivée prochaine de la ligne 11 du métro, en fait actuellement l’expérience et voit ses prix grimper.

Avec l’arrivée en 2022 de la ligne 11, ses projets d’urbanisme et ses prix encore accessibles, Romainville séduit beaucoup de Parisiens à la recherche d’espace et de tranquillité. Cette commune ne dispose actuellement que de lignes de bus. La perspective de rejoindre République en 14 minutes seulement réjouit donc ses habitants. Et les répercussions sur l’immobilier commencent à se faire sentir.

L’ensemble de la commune sera bien desservi avec 3 stations dans le centre de la ville ou à ses frontières. La proximité avec les futures bouches de métro influe sur le prix du m2. La moyenne se situe aux environs de 4200€ mais « l’effet adresse joue à plein. D’un trottoir à l’autre, les prix varient d’au moins 10 % », remarque Franck Bozon, de l’agence Laforêt immobilier, à Noisy-le-Sec*.

Une Zone d’aménagement concerté (ZAC) est en cours de construction sur les 15 hectares libérés par la couverture de l’autoroute A3, tout près de la nouvelle station Montreuil-Hôpital. Quelques investisseurs avisés ont déjà commencé à acheter dans ce secteur calme et pavillonnaire mais qui pourrait changer du tout au tout d’ici à l’ouverture du prolongement.

*Cité dans leparticulier.lefigaro.fr du 06/10/2016

A lire aussi : L’avis des usagers sur le prolongement de la ligne 11

Prolongement ligne 11 : conséquences sur les commerces de proximité à mairie des Lilas

Romainville, nom de nom !

Travaux d'extension de la ligne 11 place Carnot : de la gêne et bientôt du plaisir pour Romainville

Travaux d’extension de la ligne 11 place Carnot : de la gêne et bientôt du plaisir pour Romainville ©Ratp

(chapo)

Romainville (93) tient à faire connaître son nom. L’extension de la ligne 11 du métro parisien ne marquera le stop qu’une seule fois dans cette ville, à l’arrêt provisoirement baptisé Place Carnot. Un nom pas assez précis pour la mairie, qui a pointé l’absence de mention de sa commune.

 

 

En 2022, la ligne 11 sera prolongée à partir de son terminus actuel, Mairie des Lilas (93), jusqu’à Rosny-bois-Perrier (93), avec 6 stations réparties sur 6 km. L’arrêt situé place Carnot, à Romainville, sera le deuxième de cette extension, et permettra de relier la station Châtelet en 18 minutes, soit la moitié de la durée du trajet actuel, qui impose le recours au bus.

Fin 2016, les Romainvillois consultés par leur mairie s’étaient prononcés à la majorité pour nommer la station Romainville-Place Carnot, devant Romainville-Carnot et Place Carnot-Romainville. Un distinguo subtil qui a respecté la sensibilité locale du projet.

Nommer une station de métro commence dans les bureaux de la RATP, qui prend en compte les demandes des élus et de la population pour suggérer plusieurs propositions. Cette shortlist est ensuite soumise à Île-de-France-Mobilités (ex STIF), qui entérine le nom définitif, après une dernière validation des institutionnels et des élus.

En attendant la décision finale, les communications officielles et les panneaux du chantier nomment toujours la station Place Carnot, un discret astérisque renvoyant à son caractère provisoire. Il reste 48 mois avant d’imprimer les prochains plans de métro.

 

François Husson

Prolongement de la ligne 11 : que cela va-t-il changer pour vous ?

Mathieu, 45 ans, ingénieur du son, Les Lilas « ça va ramener plus de monde » Sur la ligne 11, c’est tranquille, il n’y a pas grand monde, l’ambiance est plutôt détendue comparé à la ligne 2 que j’ai prise pendant 20 ans quand j’habitais à Pigalle. J’ai un peu peur du monde que ce prolongement va engendrer. Mais je vois aussi le côté positif, ces travaux vont moderniser la ligne.

Lydie, 58 ans, secrétaire à la retraite, Paris… Ce sera plus simple d’aller au centre commercial de Rosny Je suis comblée. Je vais pouvoir aller au centre commercial de Rosny sans faire de changement ! Jusque-là, il me fallait prendre deux métros et un bus. En plus, mon fils vit à Romainville, je vais donc pouvoir lui rendre visite plus facilement. Pour moi, l’extension de la ligne est une aubaine.

Julien, 28 ans, pâtissier-boulanger, Les Lilas… Ça va accentuer la gentrification L’arrivée du métro va entraîner une gentrification sur les six nouvelles stations. Les populations qui habitent là depuis longtemps vont être obligées à terme de s’éloigner encore un peu plus de Paris.

Peiyu, 32 ans, serveuse, Romainville… Je vais gagner 20 minutes sur mon trajet Pour me rendre à mon travail dans le XVIIe arrondissement, je prends le bus jusqu’à Mairie-des-Lilas, puis le métro. Quand tout va bien, je mets une heure ! Le soir, il m’arrive d’attendre le bus un quart d’heure. Alors, un métro à cinq minutes de chez moi, c’est super !

L’immobilier de Romainville boosté par l’arrivée du métro

« Maison à vendre, à deux pas du futur métro place Carnot ». On retrouve ce refrain dans la plupart des annonces immobilières de Romainville (93), depuis l’annonce de l’extension de la ligne 11 du métro qui traversera la ville en 2022. Le secteur immobilier local bouillonne déjà en accueillant les premières demandes parisiennes de logements.

Le parc de Romainville, un espace vert de 8 hectares à quelques km de Paris ©Guilhem Vellut

Le parc de Romainville, un espace vert de 8 hectares à quelques km de Paris
©Guilhem Vellut

 

« Les maisons augmentent de 5 à 10% chaque année, les demandes explosent » exulte Jérôme, gérant d’une agence immobilière en face de la Mairie. Costume sombre ouvert sur chemise blanche, il confesse bien mieux travailler que ses prédécesseurs, à qui il a racheté l’agence il y a à peine 2 ans. « J’ai 250 personnes qui cherchent des maisons, 90% sont des Parisiens qui achètent pour la deuxième fois, après revente de leur appartement. L’ancien reste à peu près raisonnable, mais le neuf est très cher, ils pratiquent aujourd’hui les prix de demain ». Les affaires marchent aussi pour Franck, 38 ans, commercial dans une agence proche de la place Carnot. Costume brillant et cheveux gominés, il esquisse un sourire gourmand : « Avec l’arrivée du métro, le rapport espace / gain de temps est vraiment intéressant. Ça flambe déjà.  Le plafond des 4000 € le m2 a été dépassé ». En 2017, la chambre des Notaires de Paris relevait en effet le chiffre moyen de 3910 € le m2 pour les transactions du secteur de Romainville. Marie, propriétaire d’une maison de 115 m2 à 200 m du futur métro, n’hésite pas à en demander 5100 € le m2. Jointe par téléphone, elle assure être « sur le point de signer un compromis sans rabais ».

« On n’a pas attendu le métro pour construire »

Indéniablement galvanisé par l’arrivée du métro, l’intérêt pour Romainville est aussi dû à son urbanisme, pensé à long terme depuis longtemps. Maria Afonso, élégante cinquantenaire en tailleur marine et boucles d’oreille en or, dirige sa propre agence depuis 25 ans. Ses locaux ont dû être déplacés à une centaine de mètres de la place Carnot à l’arrivée du chantier, dont on voit les grues s’affairer à travers ses larges vitrines. « Depuis longtemps, Romainville se positionne dans la modernité. On n’a pas attendu le métro pour construire, cette ville avait besoin de renouvellement. Les franchises arrivent, comme Monoprix, ainsi que de nouveaux équipements ». Sur la place, devant les palissades, Jérôme, 48 ans, un habitué du quartier depuis 30 ans, confirme : « Nous avons des parcs, du vert, c’est comme un vieux village. C’est ce que cherchent les gens qui viennent. Paris et les Lilas sont saturés alors qu’ici, des marchés et des gymnases apparaissent, et ces nouvelles constructions dynamisent le quartier. Le métro ne sera qu’une étape de plus ». Bientôt, à Romainville, un autre refrain se fera entendre dans les hauts parleurs de la RATP : « Prochain arrêt : Place Carnot, tous les Parisiens en quête d’espaces sont incités à descendre ».

François Husson

À Romainville, l’arrivée du métro va-t-elle changer le quotidien de la place Carnot ?

Romainville se rapprochera de Paris en 2022

Romainville se rapprochera de Paris en 2022

Les Romainvillois interrogés Place Carnot  ne sont jamais indifférents à l’arrivée du futur métro de la ligne 11. Mais avant d’en profiter, ils subissent les travaux Place Carnot

 

 

Laetitia, secrétaire en auto-école, 28 ans

« Je déteste les transports en commun, mais ma voiture est cassée »

« Je vis à Noisy et je travaille Place Carnot. Je déteste les transports en commun, mais comme ma voiture est cassée, je prends le bus. Quand je fais du shopping à Paris, je dois prendre le bus 105, puis le métro, c’est long. Et qaund je fais mes courses à Rosny, c’est encore pire ».

 

Paulette, retraitée du secteur bancaire, 76 ans

« Je continuerai à prendre le bus »

« Moi, je suis propriétaire, alors le futur métro, ça va m’arranger. Ma maison est à 400 mètres de la Place Carnot, elle pourrait prendre de la valeur, mais je resterai là de toute façon. Et quand je me déplacerai, je continuerai à prendre le bus, parce que je suis habituée »

 

 

Laurent, 48 ans, pharmacien

« Je pense gagner une demi-heure par jour »

« J’attends le prolongement de la ligne depuis longtemps. Mon trajet prend 30 minutes en bus, et parfois, si j’en rate un, je peux attendre 15 minutes de plus. La nouvelle ligne va me changer la vie. Je pense gagner une demi-heure chaque jour. Sur un trajet de plus d’une heure et demi, ça compte »

 

 

Naïm, 22 ans, vendeur de peinture

« Il y aura plus de monde »

« Il y aura des avantages et des inconvénients au futur métro. Mais surtout, ça va amener plus de monde dans le quartier, car beaucoup plus de gens vont bouger. Surtout les jeunes des cités. Et vous savez comment ça se passe dans ces cas-là. Ça va être la pagaille ! »

 

 

Alexander, 21 ans, agent immobilier

« Ça va faire monter les prix »

« On attend tous la ligne 11. Elle passe déjà par Les Lilas, et quand elle sera à Romainville, ça va faire monter encore plus le prix de l’immobilier autour de la place Carnot. Ça va faciliter le marché et les affaires. L’offre et la demande seront accrues ».

ligne 11: flambée des prix de l’immobilier

Le prolongement de la ligne 11 bouleverse l’Est parisien, par l’augmentation des prix de l’immobilier

Ornella Soufir,23 ans est diététicienne. Elle attend quelqu’un non loin du Trianon, le cinéma de la place Carnot. Elle se réjouit que la ligne 11 soit prolongée. « L’impact sur le quartier sera énorme. Il y a déjà de nombreux travaux un peu partout à Romainville. Tout va prendre de la valeur. Les gens en profitent pour acheter.

Alexandre, 21 ans est agent immobilier. Il fait sa pause. Pour lui, le prolongement de la ligne 11 est une aubaine. « La ligne 11, c’est pas un métro lambda. Il dessert de bonnes destinations. Ça va beaucoup faciliter le marché. L’offre et la demande seront accrues. En plus, ça va m’éviter de passer par la gare du Nord, pour venir travailler.»

Le prolongement de la ligne 11 a provoqué une frénésie d’achats immobiliers, car les villes de l’Est parisien concernées seront désenclavées (Romainville, Noisy-le-sec, Les Lilas, Montreuil et Rosny-sous-Bois). Les prix ont d’ailleurs commencé à s’en ressentir.

 

 

Les Lilas (93): Une station de métro Serge Gainsbourg

https://www.google.com/maps/embed?pb=!4v1539272255242!6m8!1m7!1sdDRRuEzmBanD4pzcZHdfhA!2m2!1d48.88139003129992!2d2.427650504086835!3f187.3571845699284!4f-2.1465423599397013!5f0.4000000000000002 (Je ne comprends pas pourquoi le blog ne prends pas les Iframe…)
« Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous… » Oui mais le prolongement de métro de la ligne 11 s’offre des trous de première classe avec la création de la nouvelle station Serge Gainsbourg aux Lilas (93).
L’ouverture de la station est prévue pour 2023. Le chantier s’étale sur 6 km et la ligne comportera 6 nouvelles stations entre Marie des Lilas et Rosny sous Bois (93). Le ventre de Paris ne sera plus qu’à vingt minutes. Selon les projections d’Île-de-France mobilités (ex STIF), plus de 15000 voyageurs seront concernés par ce nouvel arrêt.
La station sera située à l’angle de le boulevard du Général Leclerc et de la rue de la Liberté. À l’origine, la nouvelle bouche de la ligne 11 devait s’appeler « Liberté » mais le maire a négocié pour qu’elle porte le nom du célèbre chanteur.
Serge Gainsbourg n’a jamais vécu au Lilas mais la municipalité lui multiplie les hommages. La mairie érigera une statue de bronze à l’effigie de l’édile de la ville. Assurément, on ne pourra plus croiser le gars sans le regarder !

À ROMAINVILLE, un nouveau forage entre les futures stations Carnot et Serge Gainsbourg

 

 

actu-genevoix-1024x543

Ouvrage de Ventilation Émile Genevoix à Romainville (93)

A l’horizon 2022, 6  nouvelles stations  de métro verront le jour, entre la mairie des Lilas et Rosny Bois Perrier. C’est le prolongement de la ligne 11 du métro Parisien tant attendu par les habitants du 93. Pour les usagers et les commerçants de la place du 19 mars 1962 à Romainville en Seine Saint Denis, les tracas ne sont pas terminés. En aout dernier s’est installé un chantier pour préparer le forage d’un puits de 26 mètres de profondeur. Le puits deviendra une bouche d’aération entre les futures stations Place Carnot et Serge Gainsbourg. Cet ouvrage constituera un accès de secours direct pour les pompiers en cas de problème dans le métro. À partir de novembre, les ouvriers vont concentrer leur forces  pendant 4 mois sur le terrassement du puits. À l’horizon fin 2020, ils pourront commencer la liaison en souterrain entre l’ouvrage et le tunnel.

 

L’avis des usagers sur le prolongement de la ligne 11

Qu’est-ce que le prolongement de la ligne 11 va changer pour vous ?

A la station Mairie des Lilas, 4 usagers du tronçon nord de la ligne 11 nous ont répondu.

Peiyu, 32 ans, serveuse, Romainville, Je vais gagner 20 minutes sur mon trajet

« Pour me rendre à mon travail dans le XVIIe arrondissement, je prends le bus jusqu’à Mairie-des-Lilas, puis le métro. Quand tout va bien, je mets une heure ! Le soir, il m’arrive d’attendre le bus un quart d’heure. Alors, un métro à cinq minutes de chez moi, c’est super ! » 32 ans, serveuse, Romainville,

Mathieu, 45 ans, ingénieur du son, Les Lilas, Ça va ramener plus de monde

« Sur la ligne 11, c’est tranquille, il n’y a pas grand monde, l’ambiance est plutôt détendue comparé à la ligne 2 que j’ai prise pendant 20 ans quand j’habitais à Pigalle. J’ai un peu peur du monde que ce prolongement va engendrer. Mais je vois aussi le côté positif, ces travaux vont moderniser la ligne. »

Lydie, 58 ans, secrétaire à la retraite, Paris, Ce sera plus simple d’aller au centre commercial de Rosny

« Je suis comblée. Je vais pouvoir aller au centre commercial de Rosny sans faire de changement ! Jusque-là, il me fallait prendre deux métros et un bus. En plus, mon fils vit à Romainville, je vais donc pouvoir lui rendre visite plus facilement. Pour moi, l’extension de la ligne est une aubaine. »

Julien, 28 ans, pâtissier-boulanger, Les Lilas… Ça va accentuer la gentrification

« L’arrivée du métro va entraîner une gentrification sur les six nouvelles stations. Les populations qui habitent là depuis longtemps vont être obligées à terme de s’éloigner encore un peu plus de Paris. »

A lire aussi : Prolongement ligne 11 : conséquences sur les commerces de proximité à mairie des Lilas

Arrivée de la ligne 11 à Romainville : ses répercussions sur l’immobilier

PROLONGEMENT DE LA LIGNE 11 : UNE CATASTROPHE POUR LES COMMERCANTS !!!

Le prolongement de la ligne 11 a considérablement amputé le chiffre d’affaire des commerçants. 

Prolongement de la ligne 11. Mairie des lilas, les commerçants ont perdu 30 à 40 % de leur C.A. CC. Cramos sur wikimédia

« Nous sommes les emmurés ! » Maurice Benayoun, propriétaire de la Mutuelle immobilière des Lilas (93), la plus vieille agence immobilière de la ville, est désemparé. Depuis un an et demi, en raison des travaux de prolongement de la ligne 11 du métro, le boulevard de la Liberté est fermé à la circulation des voitures, au grand désarroi des commerçants. Bien que la station Mairie-des-Lilas soit à 100 mètres, les piétons sont beaucoup moins nombreux à passer par là, en tout cas à s’arrêter.

Ce matin, Maurice Benayoun, costume sombre, attend le chargé d’information proximité de la RATP, Christophe Servat. Après un point sur les affaires, les deux hommes sortent dans la rue pour convenir de l’emplacement, sur les barrières de chantier, de quatre banderoles plastifiées de 5 mètres sur 1. M. Benayoun les a commandées pour que les piétons trouvent son agence malgré les travaux. Le cadre de la RATP, souriant et attentif, comprend parfaitement les arguments développés par M. Benayoun, et l’affaire est vite conclue, dans un bruit assourdissant.

« Sous nos pieds, à 18 mètres de profondeur, les ouvriers creusent un tunnel, la première étape du prolongement. Ils travaillent par petits tronçons, comme les taupes. Les travaux s’effectuent donc à ciel ouvert pour descendre de l’oxygène au fond », explique Christophe Servat.

« Je vais déposer une demande d’indemnisation auprès de la Commission de règlement amiable des litiges de la RATP. La fréquentation de mon officine a baissé de 30 à 40 %. »

L’homme est visiblement connu comme le loup blanc dans le quartier. « Monsieur Servat, vous savez quand se terminent les travaux ? On n’en peut plus ! », la pharmacienne du 44, qui passe par là. La réponse du cadre de la RATP est loin de la satisfaire : « Au moins un an ». Quelques secondes plus tard, en aparté, elle avance : « Je vais déposer une demande d’indemnisation auprès de la Commission de règlement amiable des litiges de la RATP. La fréquentation de mon officine a baissé de 30 à 40 %. » C’est en effet un moyen rapide pour les commerçants d’obtenir de l’aide : l’instance arbitrale de la Régie se réunit une fois par trimestre pour statuer et, si les deux parties sont d’accord, indemnisent en deux mois.

Quand on demande à Christophe Servant s’il n’était pas possible d’enfouir complètement le chantier, la réponse fuse : « Les travaux dureraient deux fois plus longtemps et surtout coûteraient deux fois plus cher ! » Quand on connaît le prix total du projet (1,3 milliard d’euros), c’est sûr qu’il est plus simple d’indemniser les commerçants.