Y aura-t-il des clients à Noël ?

Guirlandes lumineuses, odeurs de vin chaud et de pain d’épices, le marché de Noël a ouvert sur les Champs-Élysées, le vendredi 13 novembre, quelques heures avant les attentats. Un mois plus tard, quel bilan affichent les commerçants ?

Un sapin de Noël décoré.
Un sapin de Noël décoré.

La période n’est pas à la fête sur le marché de Noël des Champs-Élysées. Les vendeurs pleurent l’absence de visiteurs, mais l’omerta règne quand il s’agit d’évoquer les recettes et le coût des chalets. 18.000 euros pour le plus petit modèle de 6m2, pour sept semaines, selon la société Codecom et Marcel Campion le « roi des forains ».

Émilie, 35 ans. « Il n’y a pas de clients, malgré la présence des policiers et des militaires. [Mais] je pense que les affaires vont reprendre aux vacances scolaires et aux alentours de Noël. »
Roger au marché de noel près des Champ Elysées à Paris le 09-12-2015
Roger, 56 ans. « Les touristes sont mes principaux clients car les Parisiens ne vont pas m’acheter une soupe qu’ils peuvent se faire à la maison ! C’est très compliqué car la location du chalet est chère, très chère… je ne sais pas trop si je vais rentrer dans mes frais. »
Dominique, 45 ans. « Catastrophique, c’est le mot. Ça fait 10 ans que je fais ce marché, nous avons moitié moins de clients et donc moitié moins d’argent qui rentre. Ça va reprendre, les gens ne peuvent pas rester chez eux à regarder BFM en boucle et faire leurs courses sur internet. »
Saïd, 40 ans. « On a dû fermer quatre jours après les attentats, c’est un sacré manque à gagner. Quand il y a eu des rumeurs d’annulation du marché j’ai eu très peur, ça aurait mis beaucoup de commerçants dans la galère. »
Naoel, 30 ans. « Des gérants ont dû se séparer de certains vendeurs car ils n’auraient pas pu les payer. Les clients qui osent venir achètent aussi pour nous, pour nous soutenir, c’est touchant. »

Rédacteur : Anne – Photographe : Aude Petin