Mon beau sapin, roi des forêts non décimées

Treezmas permet de louer son sapin le temps de fêter Noël. L’arbre est livré en pot, il arrive vivant et repart grandir en forêt après les fêtes. Alexandre, le fondateur de cette entreprise, a réussi à allier magie de Noël et écologie. 

10122015_environnement_sapin_01
L’entreprise Treezmas participe au développement durable en louant des sapins de Noël sur sa plateforme de e-commerce.

Éviter la mise à mort de plus de six millions de sapins, c’est ce qui a poussé Alexandre à créer Treezmas. En louant des sapins en pot au moment des fêtes, le jeune entrepreneur a voulu adapter une tradition de Noël à des problématiques actuelles avec une approche plus écologique, durable et responsable.

Comment le projet Treezmas est-il né ?
En 2012, avec quatre amis, nous avons fait le constat que plus de cinq millions de sapins étaient coupés, puis jetés après les fêtes. Cela nous a interpellés et nous nous sommes dit qu’il y avait sûrement une autre façon de faire. Nous sommes tous attachés à la magie de Noël, mais couper autant d’arbres alors que les questions écologiques prennent de plus en plus de place dans nos vies nous a semblé absurde. On s’est donc lancés dans l’aventure Treezmas.

Quel est le principe de la location de sapin ?
C’est simple : une fois commandé sur Internet, nous vous livrons le sapin chez vous, dans votre salon. Il est en pot, et donc vivant. Il faut bien sûr s’en occuper un peu : l’arroser, éviter de le mettre dans un endroit trop chaud. C’est une belle expérience de responsabilisation pour les enfants. Ils prennent conscience que la nature est vivante et que notre comportement envers elle compte dans sa survie. À la fin des fêtes, nous venons récupérer le sapin, nous irons le replanter dans les forêts de Bretagne pour qu’il continue à vivre et à grandir.

Le procédé enregistre-t-il parfois des pertes ?
Nous avons parfois quelques déceptions. Les sapins vivant dans le froid, certains ne supportent pas la chaleur des appartements et ne survivent pas. Nous les recyclons alors en copeaux de bois. C’est toujours mieux que de finir tout seul dans une benne à ordures !

Rédacteur et photographe : Pauline Bischoff