La justice écologique à petit(s) pas

La notion de crime contre la nature revient au premier plan. À quand un réel tribunal pour juger les écocides ?

Marée noire au Caucase. Condamner les actes de destruction de l’écosystème est encore, à ce jour, un vœu pieux de l’ONU.

L’idée de criminaliser l’écocide (acte de destruction important d’un écosystème) est débattue depuis 1947 au sein de la Commission du droit international. Malgré les tentatives des ONG telle que Eradicating ecocide, l’écocide n’a toujours pas obtenu le statut de cinquième crime contre la Paix. Seule la Fédération de Russie le punit de 12 à 20 ans d’emprisonnement.

En octobre 2012, le Tribunal pour les crimes contre la nature et le futur de l’humanité voit le jour à Quito (Équateur). Il résulte d’un appel lancé lors de la conférence pour le climat RIO+20 par plusieurs personnalités dont Eva Joly et le sociologue Edgar Morin. Ce tribunal moral, sans pouvoir juridique, vise à attirer l’attention sur les menaces graves qui pèsent sur l’environnement.

Rédacteur : Xavier-Éric Lunion – Photographe : Igor Golubenkov