L’hydrogène redonne du souffle aux taxis parisiens

7 décembre 2015, Paris 8e, inauguration de la première station de taxi roulant à l'hydrogène, présenté par la Maire de Paris Anne Hidalgo.
7 décembre 2015, Paris, inauguration de la première station de taxi roulant à l’hydrogène, présentée par la maire de Paris Anne Hidalgo.

Lors de l’inauguration de la première station hydrogène de Paris, Anne Hidalgo a mis à l’honneur la Société des transports électriques parisiens (STEP). Cette start-up met en service aujourd’hui, mardi 8 décembre, 5 taxis roulant à l’hydrogène, et vise d’ici à fin 2016 une flotte de 70 véhicules.

Circuler bien au chaud en taxi, tout en émettant autant de CO2 qu’un Vélib’, c’est désormais possible dans les rues parisiennes. Hier, lundi 7 décembre 2015, la maire de Paris Anne Hidalgo a inauguré la première station hydrogène dans le 8e arrondissement de Paris. À cette occasion, elle a salué la naissance de la première flotte de taxis « 100 % propres » de la STEP.

Philippe, chauffeur de taxi depuis 5 ans, conduit un véhicule tout neuf, blanc et bleu ciel. Il fait le plein à la pompe hydrogène, comme il le ferait dans une station essence. « Ça fonctionne exactement pareil, la seule chose qui change, c’est que c’est un gaz incolore et inodore qui sort de la pompe. » Philippe est heureux de faire partie de l’aventure de STEP : « Je vais pouvoir conserver un emploi que j’apprécie, et c’est toujours mieux de le faire en préservant notre environnement. »

« Le taxi parisien doit rester l’un des transports phares de notre ville »

« Paris doit être un modèle de transition énergétique. L’objectif à long terme est de tendre vers une disparition des véhicules personnels, en faveur de l’utilisation des taxis », a lancé hier Anne Hidalgo. Alors que se déroule la seconde semaine de la COP21 à Paris, la maire a aussi précisé que « le taxi parisien doit rester l’un des transports phares de notre ville. À nous de le faire muter vers des énergies durables. »

« Nous voulons améliorer le service du taxi parisien en nous inscrivant dans une démarche durable. Tous nos employés sont, d’ailleurs, en CDI », a souligné le cofondateur de STEP, Mathieu Gardies. « Nous développons également des applications de réservation pour faciliter l’utilisation client. La course sera plus agréable pour tout le monde puisqu’elle n’engendrera aucune émission polluante ni aucun bruit ». Selon lui, la flotte de 70 taxis propres évitera l’émission de 70 tonnes de CO2 par an.

Rédacteur : Pauline Bischoff – Photographe : Matthieu Chatonnier