« Le FN fait exploser les valeurs de la République »

François Bonneau (membre du Parti socialiste), président sortant de la région Centre-Val de Loire est arrivé troisième au 1er tour des régionales avec 24,1 % des voix, derrière le Front national (30,49 %) et l’Union de la droite (26,25 %). Il espère garder la région après la fusion annoncée hier avec la liste Europe écologie-Les Verts (EELV). 

Site internet du candidat socialiste Francois Bonneau (PS)
Photo du site internet du candidat socialiste François Bonneau (PS).

Le Front national a fait 30 % dans votre région, comment expliquez-vous ce vote ?

Le vote FN est un vote de désespoir. Le vote de ceux qui voient difficilement un avenir pour eux, leurs enfants et leur territoire, pour ceux qui habitent les régions rurales. Le FN pose des questions légitimes, mais les réponses sont radicales. Il n’a pas de programme régional. Les électeurs disent surtout qu’ils ne voient pas clair et ont une position de défiance vis-à-vis des partis historiques.

A-t-il été difficile de trouver un accord avec la liste écologiste de Charles Fournier ?

Non, nous nous sommes rapidement entendus pour faire barrage au FN, mais aussi donner une nouvelle expression politique à notre région. Pour établir les listes, nous avons respecté les équilibres de vote de nos électeurs, c’est-à-dire 80 % pour le Parti socialiste et 20 % pour EELV. Le Front de gauche, qui n’a pas eu les 5 % nécessaires, a également appelé ses électeurs à voter pour notre liste commune.

Quelle est votre position vis-à-vis du non-retrait de la liste de Jean-Pierre Masseret dans le Grand Est ?

Il faut éviter, quand on le peut, de prendre le risque de voir une région dirigée par le Front national. En Nord-Pas-de-Calais et PACA, l’appel engagé par le parti pour faire barrage a été entendu. La région est une entité de proximité où il faut faciliter le vivre ensemble, la sécurité, la dignité, l’intégration par la vie quotidienne et l’éducation. Le Front national a une politique d’opposition et de division, qui fait exploser les valeurs de la République. C’est pour cela que, cette semaine, je vais de marché en marché pour préserver nos valeurs.

Rédacteur : Sevin Sahin